Accueil

 

 

 
  • Sports US
  •  » NFL

Saison 2014-2015NFL : Super Bowl XLIX / New England - Seattle

Changer de match ou d'année


New England Patriots
28
Seattle Seahawks
24
Sun. 01/02
6:00pm ET
Pass: T. Brady (NE) - 328 yds, 4 TD, 2 INT
Rush: M. Lynch (SEA) - 24 car, 102 yds, 1 TD
Rec: J. Edelman (NE) - 9 rec, 109 yds, 1 TD

Super Bowl XLIX 2014-2015

: New England Patriots - Seattle Seahawks

Présentation


Super Bowl XLIX 2014-2015
NFL
Ce Super Bowl XLIX 2014-2015 se déroule au "University of Phoenix Stadium", à Glendale, dans la banlieue de Phoenix (cf. photo ci-dessous). C'est la troisième fois que le grand match est en Arizona, mais la seconde fois dans ce stade ultra-moderne construit en plein désert. La première fois, c'était pour le Super Bowl XLII 2007-2008, les Patriots étaient déjà de la partie et on se souvient de ce final mémorable des New York Giants… wink2
La journée a débuté sous un fort brouillard, mais tout s'est levé vers 12h et il fait maintenant plein soleil avec un beau ciel bleu. Du coup, le toit rétractable du stade a été ouvert pour ce match, et c'est la première fois qu'un même stade va donc héberger à la fois un Super Bowl "indoor" (en 2008 le toit était fermé) et "outdoor". Bon, c'est aussi un peu normal, ce genre de toit est récent, et commence juste à se répandre dans la NFL.

University of Phoenix Stadium
Getty Images / Jamie Squire
Ils sont officiellement 70288 à s'être procuré une place (majoritairement supporters de Seattle, visiblement). Certains chanceux (et surtout très prévenants) ont pu l'avoir pour $3000, mais le prix moyen est d'environ $4500 - et pas forcément pour une bonne place siffle.
À noter que cette année, il y a eu quelques problèmes avec les billets "d'occasion", c'est à dire achetés les derniers jours ou dernières heures. En effet, traditionnellement, les prix montent fortement à l'approche de l'évènement (jusqu'à plus de $11000 !!) mais rechutent les dernières heures, quand il faut bien écouler le restant. Du coup, les agences officielles de vente vendent souvent des billets qu'ils n'ont pas encore, espérant faire leur marge sur cette chute.
Problème : cette année, cela ne s'est pas produit… => Elles ont du rembourser des clients avec dédommagement supplémentaire (en leur faisant signer un contrat pour éviter les poursuites judiciaires rigole), ou bien vendre à perte.

Cela vient peut-être du match serré que l'on attend. Cette dernière semaine, les côtes ont été très serrées chez les bookmakers, passant même à "0" pendant deux jours (ce qui veut dire que vous ne pouviez RIEN gagner en pariant). Ce matin, la côte est minimale pour Seattle. Il n'y aura probablement pas de "gros" paris cette année.
Enfin, côté blessure, on attendait de savoir l'état du cornerback vedette de Seattle, Richard Sherman, qui avait terminé la finale de Conférence avec un seul bras valide. Les deux semaines de repos lui ont fait du bien puisqu'il est bien là, et d'après ses dires "100 percent be able to play".

Première mi-temps


Brandon LaFell TD
Getty Images / Tom Pennington
Comme le match est cette année diffusé sur NBC (il y a un roulement entre les networks), la soirée commence par une surprise (en tout cas pour moi) : une version spéciale du fameux générique "Sunday Night Football" smile (que je mettrai du coup dans la vidéo). Sinon, que du grand classique pour le "Pre Game Show" : l'entrée des équipes, les deux hymnes, les jets qui survolent le stade, la présentation du joueur associatif de l'année, et bien sûr le "toss", gagné par Seattle, et qui choisit de donner le ballon à l'adversaire comme à leur habitude.

Côté sportif, pas grand chose à se mettre sous la dent en premier quart-temps. Le premier drive des New England Patriots se termine par une erreur d'arbitrage, plutôt rare à ce stade de la compétition : au moment du dégagement, le punteur est renversé par un défenseur, ce qui est interdit. Mais il y a deux types de pénalité : l'une ("running the punter") coûte 5 yards, c'est celle qui est sifflée, et qui n'a ici aucune conséquence (d'ailleurs elle est refusée par New England) - l'autre ("roughing the punter") coûte en revanche 15 yards, et aurait donc donné un first-down aux Patriots, leur permettant de poursuivre leur drive. Le ralenti montre clairement que la jambe d'appui du punter a été fauchée, donc les arbitres se sont trompéshmm

Chris Matthews Catch
Getty Images / Christian Petersen
Le second drive des Patriots aurait pu (du) se terminer par un touchdown. Ils sont à 10 yards de l'embut, et dans ces playoffs, 9 fois sur 10 occasions dans la "zone rouge" (les 20 derniers yds) ils ont marqué un touchdown. Malheureusement, Tom Brady est alors intercepté par Jeremy Lane (juste sur la "goal-line"), ce qui anhilile un drive de près de 8 minutes.
Quant aux Seattle Seahawks, leur début de match ressemble à celui de la finale de Conférence, c'est à dire que leur attaque est totalement inefficace : ils ne sont restés qu'à peine 4 minutes sur le terrain en premier quart-temps, et il faudra carrément attendre le milieu du second quart-temps pour que Russell Wilson complète ENFIN sa première passe ! tongue (à ce moment-là, ils en sont à 1 seul first-down obtenu, contre 7 pour New England).

C'est donc assez logique que ce soit les Patriots qui ouvrent le score en second quart-temps. Une jolie passe de Brady vers Brandon LaFell (11 yds; cf. photo ci-dessus à droite), ce qui constitue déjà sa 50ème passe de TD en postseason (record en cours). 7 - 0.
Mais à partir de 7 minutes restantes dans cette mi-temps, le match s'emballe d'un seul coup… Car les trois derniers drives de cette première mi-temps vont se conclure par un touchdown !! oui
Rob Gronkowski TD
Getty Images / Rob Carr
La toute première réception en carrière de Chris Matthews est une merveille de 44 yards (cf. photo de gauche ci-dessus). Et cela va amener le touchdown à la course de Marshawn Lynch trois actions plus tard, qui égalise pour Seattle. 7 - 7. Puis, alors qu'on est presque au "2 minutes warning", New England remonte tout le terrain (drive de 80 yds) et Rob Gronkowski capte un TD de 22 yards (cf. photo de droite ci-contre) pour porter le score à 14 - 7.

Cette avance semble être le minimum pour concrétiser la domination globale de New England dans cette première mi-temps, mais même avec seulement 31 petites secondes à jouer, les Seahawks ne baissent pas les bras : une passe de 19 yds, une course personnelle de Wilson pour 17 yds, puis une passe de 23 yards renforcée par une pénalité de 15 yds coûteuse pour les Patriots, les amènent à 11 yards de l'embut, et c'est encore Chris Matthews (cf. photo à gauche ci-dessous) qui s'illustre en captant le TD de l'égalisation (note : il a été signé le 6 décembre, en provenance de l'équipe de réserve de Seattle - c'est pour l'instant LA révélation de ce match). 14 - 14, mi-temps.

Chris Matthews TD
Getty Images / Kevin C. Cox
Ce dernier drive a duré 29 secondes, pour 80 yards de gagnés en 5 actions !! smile
On notera l'incroyable RISQUE pris par Seattle : à 6 secondes restantes, plutôt que de prendre un field-goal pour un 14-10, ils ont préféré tenter le touchdown !! tongue

Halftime


C'est Katy Perry qui assure le "halftime-show" cette année (avec apparitions de la part de Lenny Kravitz et de la rappeuse Missy Elliott). L'entrée est spectaculaire et originale (montée sur un tigre géant articulé, cf. photo ci-dessous). Et la sortie est également impressionnante (flottant au-dessus du stade et représentant une étoile filante).
Mais j'avoue avoir été un peu déçu globalement par le spectacle de cette année (à part donc le début et la fin).

Du côté des publicités, il y a eu comme d'habitude beaucoup de créativité, et c'est toujours aussi agréable de voir enfin un match avec UNIQUEMENT des publicités inédites (contrairement aux autres matchs de la saison)… wink2

Cependant, à force de chercher l'originalité, on peut aussi passer à côté du principal : personnellement, il y a plusieurs publicités que je n'ai pas comprises (je ne parle pas des dialogues, mais bien du message délivré). En particulier les pubs "Daddy/Father" : plusieurs marques (coïncidence ou non ?) avaient choisi de mettre en scène un père de famille, pour des produits aussi différents qu'une assurance, un gel douche (!?) ou une voiture. C'était bizarre. neutral

Katy Perry
Getty Images / Christian Petersen
Question produits, cela reste classique : BEAUCOUP de 'voitures', des 'assurances', du 'téléphone/internet', des 'bandes-annonces de films' (dont les derniers "Jurassic Park" et "Terminator") et finalement assez peu de 'bouffe'. Bon, évidemment, nous avons eu droit au second épisode (après celui de l'année dernière qui avait marqué les esprits) de l'histoire entre le chien et le cheval (Budweiser). Mais mes préférées de cette année sont celles de Sprint (téléphone/internet), courte et marrante, et surtout celle de Avocados (oui, oui, des avocats…), hilarante rigole. Enfin, la palme du budget et des effets spéciaux revient sans conteste à Mophie, petit constructeur de batteries pour téléphone portable. Comme quoi cette année, ce sont plutôt les petites marques qui ont marqué (mais qui ont quand même osé dépenser $4,5M pour 30 secondes).

Pour en revenir au match : New England a dominé en stats, mais Seattle est à chaque fois revenu au score. Tom Brady en est déjà à 20 passes complétées (record pour une première mi-temps en SB).
Le match est serré comme attendu (pas comme l'année dernière), ce n'est d'ailleurs que le 3ème Super Bowl à être à égalité à la mi-temps. Ce qui est sûr, c'est que TOUS les 5 SBs de New England (tous sous l'ère Belichick/Brady) se sont terminés avec 4 points ou moins d'écart (3 victoires pour 2 défaites).

Troisième quart-temps : all Seattle


Doug Baldwin TD
Getty Images / Elsa
Dès le premier drive de la seconde mi-temps, les Seahawks restent sur leur bonne lancée de la fin du deuxième quart-temps : grâce en particulier à une énorme passe encore captée par Chris Matthews, décidément intenable ce soir (45 yards, ce qui va rester comme l'action la plus longue de ce match, les deux équipes confondues), il prennent la tête pour la première fois du match par un field-goal (cette fois-ci, Seattle a choisi la sécurité sur une 4ème & 1). 14 - 17.

Puis Tom Brady est intercepté pour la deuxième fois de la soirée (alors qu'il n'avait commis jusque là que 2 interceptions au total dans ses 5 précédents Super Bowls… neutral). Et si le premier turnover n'avait pas été trop dommageable pour les Patriots (à part des points non-marqués), celui-ci va permettre à Seattle de faire le trou en seulement 6 actions. Le touchdown marqué par Doug Baldwin (inexplicablement totalement seul dans l'embut, cf. photo ci-contre) leur permet de prendre 10 points d'avance. 14 - 24.

Ces 10 points sont une sorte de seuil : c'est en effet le déficit maximal jamais remonté dans un Super Bowl (2 fois). Mais en plus, il s'agissait de 10 points à remonter dans le courant de la première mi-temps (donc avec beaucoup de temps à jouer), alors que là, nous en sommes à 5 minutes de la fin du troisième quart-temps, et même au début du quatrième puisque les deux drives suivants sont inefficaces.

Quatrième quart-temps : "comeback" et fin haletante…


Danny Amendola TD
Getty Images / Kevin C. Cox
Les Patriots doivent réagir, et c'est Julian Edelman qui va grandement les aider à le faire. Une belle réception pour 21 yards (sur une 3ème & 14 !! unsure), puis une autre de la même distance quelques actions plus tard, vont permettre à Danny Amendola de marquer le touchdown de l'espoir (cf. photo de droite) avec 8 minutes à jouer. 21 - 24.
Par la même occasion, Tom Brady bat à ce moment-là le record de Joe Montana pour le plus grand total de touchdowns lancés au Super Bowl (12 contre 11).

New England est donc revenu dans la partie, d'autant qu'une bonne défense ("3 & out") leur permet de repartir en attaque une seule minute plus tard (6'52" à jouer). À noter que les statistiques globales d'attaque se sont équilibrées entre les deux équipes à ce moment : 306 contre 317 yards.
Tom Brady se lance alors dans un "winning-drive" dont il est coutumier : il l'a déjà fait 8 fois en postseason (record) sur 11 occasions, dont 3 fois en Super Bowl (ses trois précédentes victoires). Et ce drive s'avère être "parfait" pour lui, puisqu'il réussit 9 passes sur 9 tentatives tongue !! Certes, des petites (à part une de 20 yards pour Rob Gronkowski, qui vient juste après une grosse pénalité contre les Patriots, qui aurait pu mettre un terme à ce drive et à ce match) mais qui font progresser petit à petit (Brady bat aussi dans ce drive le record de complétions dans un match de SB, établi l'année dernière par Peyton Manning). Et c'est finalement Julian Edelman qui capte le touchdown qui met New England à 4 points devant. 28 - 24.

Jermaine Kearse Catch
Getty Images / Harry How
Il reste néanmoins 2'02" à jouer, et comme à la fin du second quart-temps, les Seattle Seahawks ne baissent pas les bras wink2. Une longue passe de 31 yards est captée par Marshawn Lynch (le running-back), et puis vient cette réception INCROYABLE
Russell Wilson lance loin vers Jermaine Kearse, le défenseur de New England (Malcolm Butler, dont on va reparler plus bas… wink) semble sur le coup en déviant la balle, et Kearse tombe sur le sol (cf. photo de gauche). Le ballon va alors rebondir AU MOINS 5 FOIS sur diverses parties de son corps avant qu'il n'arrive finalement à s'en saisir !!! blink fier
Et grâce à cette réception miraculeuse de 33 yards (en regardant la photo, et la position du ballon à ce moment-là, on se demande encore comment cela peut être une réception… blink), Seattle se retrouve à seulement 5 yards de l'embut des Patriots… L'histoire se répète pour New England : leurs deux derniers Super Bowls ont été perdus ainsi, sur une réception extraordinaire en toute fin de match. En 2012, c'est Mario Manningham qui avait réussi un exploit pour les Giants. Et surtout, on se souvient de cette réception sur le casque de David Tyree en 2008 (toujours pour les Giants, et dans ce stade d'Arizona). Il reste 1'06" et une petite course de Marshawn Lynch gagne 4 yards, plaçant les Seahawks à 1 petit yard de leur second titre consécutifroll

"The Worst Play Call Ever…"


C'est alors que l'inexplicable va se produire. yikes
Déjà, on ne comprend pas trop pourquoi New England ne prend pas un temps mort (il leur en reste deux) pour arrêter l'horloge. En effet, une fois que Seattle aura marqué le TD, il faudra qu'il reste du temps aux Patriots pour remonter suffisamment le terrain afin de tenter un field-goal égalisateur. Mais là, ils laissent le chrono tourner, on n'est déjà plus qu'à 26 secondes de la fin.

Malcolm Butler Winning Interception
Getty Images / Rob Carr
Mais chose encore plus incroyable, le coach de Seattle, Pete Carroll, au lieu de confier logiquement le ballon à Marshawn Lynch pour une course (1 seul yard ! unsure Et trois tentatives pour le faire ! unsure), appelle une passe !!! blink
Wilson tente de se connecter avec Ricardo Lockette sur un trajet "slant", mais le cornerback rookie Malcolm Butler jaillit devant lui et INTERCEPTE la passe sur la goal-line (cf. photo ci-contre) ! Cela lui permet de se "racheter" de son action sur Kearse (même s'il n'était pas vraiment en faute, ce dernier ayant juste eu BEAUCOUP de chance), et surtout de clore ce Super Bowl par cette action finale improbable…

On reparlera sans doute de cette fin de match pendant des années (surtout à Seattle). Certains journalistes n'ont déjà pas hésité à qualifier le choix de Pete Carroll (ET de son coordinateur offensif, Darrell Bevell, qui est tout aussi responsable, et même plutôt plus) comme "la pire décision dans l'histoire du sport" siffle
Bien sûr, on ne saura jamais si Lynch aurait pu marquer ce touchdown, et si Lockette avait capté cette passe (à quelques centimètres près), on aurait applaudi la tactique choisie. Mais ne pas donner le ballon au meilleur running-back de la Ligue dans une telle situation reste une décision incompréhensible. D'autant que les explications du coach après le match restent peu convaincantes : tout en prenant la responsabilité pour lui, il dit qu'il voulait "manger le temps" le plus possible et marquer le TD le plus tard possible… hmm

  Score Final
New England Patriots
Seattle Seahawks
2824

Conclusion


Ce Super Bowl XLIX était bon à partir du deuxième quart-temps, dans le troisième pour Seattle et le quatrième pour la remontée de New England, puis particulièrement excitant sur la fin, avec deux actions improbables dans la dernière minute.
D'ailleurs, l'audience télévisée a encore augmenté, à 114,4 millions. Mais il restera en fait dans les mémoires à cause de la mauvaise décision de Pete Carroll et Darrell Bevell qui a (probablement) coûté le match aux Seattle Seahawks.

Tom Brady MVP
Getty Images / Rob Carr
Comme je l'ai dit, la défense goal-line de New England aurait AUSSI pu arrêter "l'inarrêtable" Marshawn Lynch, mais ne pas lui donner le ballon était vraiment une erreur monumentale dont Seattle devra se remettre. neutral

On notera que l'une des raison de la belle remontée de New England est leur bonne défense au quatrième quart-temps. À partir du moment où ils avaient deux possessions d'avance (14-24), les résultats des drives suivants de Seattle ont été : punt, punt, punt, interception (dont deux "three-and-outs", et seulement 4 first downs obtenus). neutral

Les New England Patriots deviennent la 6ème franchise à avoir gagné 4 Super Bowls (en 6 participations, toutes dans les années 2000). Ils sont également la 3ème équipe à remonter un déficit de 10 points dans le "big game" (Redskins SB XXII, Saints SB XLIV), mais la première à le faire en seconde mi-temps, et même en 4ème quart-temps (le bilan était jusque là de 0 victoires et 29 défaites pour les équipes menées de 10 points ou plus au début du dernier quart-temps, le record étant de 7 pts remontés).

Au niveau des statistiques personnelles :
  • Bill Belichick rejoint Chuck Noll en étant les seuls coachs à avoir gagné 4 Super Bowls. Ses 6 participations égalent la performance de Don Shula. Et les 6 SBs disputés par les Patriots, tous sous son coaching, se sont tous terminés par 3 ou 4 points (victoires ou défaites).
  • Tom Brady a été élu MVP de ce Super Bowl XLIX (cf. photo ci-dessus). Il est devenu le 3ème quaterback à remporter 4 Super Bowls, égalant Terry Bradshaw and Joe Montana. Il égale aussi ce dernier avec 3 titres de MVP.
  • En revanche, il est désormais seul en tête du classement pour le total de TDs lancés au Super Bowl avec 13 (Montana 11) et pour le nombre de passes complétées sur un seul Super Bowl (37, sur 50 tentatives pour 328 yards).
  • À 37 ans, il est 4ème du classement des quaterbacks les plus vieux à avoir gagné le titre suprême, et les 13 ans entre son premier et son dernier titre égalent le record détenu par un linebacker, Ted Handricks.
Rendez-vous la saison prochaine, le 7 février 2016 au "Levi's Stadium" de Santa Clara, Californie, le tout nouveau stade des San Francisco 49ers, où aura lieu le Super Bowl 50 big_smile (note : comme je l'avais prédit, la NFL a officiellement annoncé que ce serait bien "50" au lieu de "L"; les chiffres romains devraient cependant revenir l'année suivante…).
Bye-bye !!
SECOND QUARTERNESEA
TD9:47Brandon LaFell 11 Yd pass from Tom Brady (Stephen Gostkowski Kick)
Drive info: 9 plays, 65 yds, 4:10
70
TD2:16Marshawn Lynch 3 Yd Run (Steven Hauschka Kick)
Drive info: 8 plays, 70 yds, 4:51
77
TD0:31Rob Gronkowski 22 Yd pass from Tom Brady (Stephen Gostkowski Kick)
Drive info: 8 plays, 80 yds, 1:45
147
TD0:02Chris Matthews 11 Yd pass from Russell Wilson (Steven Hauschka Kick)
Drive info: 5 plays, 80 yds, 0:29
1414
THIRD QUARTERNESEA
FG11:09Steven Hauschka 27 Yd Field Goal
Drive info: 7 plays, 72 yds, 3:51
1417
TD4:54Doug Baldwin 3 Yd pass from Russell Wilson (Steven Hauschka Kick)
Drive info: 6 plays, 50 yds, 3:13
1424
FOURTH QUARTERNESEA
TD7:55Danny Amendola 4 Yd pass from Tom Brady (Stephen Gostkowski Kick)
Drive info: 9 plays, 68 yds, 4:15
2124
TD2:02Julian Edelman 3 Yd pass from Tom Brady (Stephen Gostkowski Kick)
Drive info: 10 plays, 64 yds, 4:50
2824
Statistiques Globales
NE
SEA
1st Downs2520
Passing 1st downs2110
Rushing 1st downs18
1st downs from penalties32
3rd down efficiency8-143-10
4th down efficiency0-00-0
Total Plays7253
Total Yards377396
Yards per play5.27.5
Total Drives1211
Passing320234
Comp-Att37-5012-21
Yards per pass6.39.8
Interceptions thrown21
Sacks-Yards Lost1-83-13
Rushing57162
Rushing Attempts2129
Yards per rush2.75.6
Red Zone (Made-Att)3-43-5
Penalties5-367-70
Turnovers21
Fumbles lost00
Interceptions thrown21
Defensive / Special Teams TDs00
Possession33:4626:14

  • Sports
  •  » NFL