Accueil

 

 

 
 
  • Sports
  •  » NFL

NFL : Saison régulière 2015-2016


Afficher / Cacher le tableau général de la saison

Quelques points importants de cette saison régulière 2015-2016 :

  • Changement de la règle des PAT ("points after touchdown") : cela a été le principal sujet de discussion du début de la saison. Rappel : lorsqu'un touchdown est marqué, l'équipe en attaque a la possibilité de tenter une "conversion", soit à 1 point (par un coup de pied), soit à 2 points (par une action à la passe ou à la course vers l'embut). Pour ces deux actions, la balle est placée sur la ligne des 2-yards.
    En ajoutant le recul nécessaire au buteur, cela donnait l'équivalent d'un field-goal d'environ 18-19 yards pour la tentative à 1 point, ce qui était extrêmement facile à réaliser : 99.3% de réussite siffle ! Sachant que le taux de réussite de la conversion à 2 points est de l'ordre de 45%, le choix est vite fait pour les coachs : ils prennent un point supplémentaire "quasiment automatique", réservant les 2 points à quelques rares situations en fin de match (exemple classique : l'équipe A a marqué 2 field-goals, alors que l'équipe B a marqué 2 TDs convertis à 1 point; A est donc mené 6-14; si A marque un touchdown, ils sont donc maintenant à 12-14, et là, ils vont tenter une conversion à deux points pour égaliser, surtout si on est en fin de match).
    => le changement : la conversion à 2 points ne change pas (toujours à 2 yds), mais la conversion à 1 point s'effectue désormais à partir de la ligne des 15 yards, ce qui donne un coup de pied de 33 yards. Cela reste une distance confortable pour des buteurs qui font régulièrement des tentatives de FG de plus de 50 yds, MAIS la conversion n'est plus aussi automatique qu'avant, surtout si les conditions climatiques ne sont pas favorables (pluie, vent, neige).
    Le résultat : plus de conversions à 1 point ratées (71 au total), surtout en début de saison, et le taux de réussite est descendu à 94.2%. Par ailleurs, il y a eu plus de tentatives à 2 points (94 contre 59 la saison dernière), pour un taux de réussite identique à 48%.
    Notons toutefois que ces chiffres ne sont pas également répartis entre les équipes. Ainsi, 6 kickers seulement concentrent à eux seuls 42% des ratages à 1 point ( blink !), alors que 5 kickers n'en ont raté aucun. De même, Pittsburgh a tenté 11 conversions à 2 points à lui seul, alors que 5 équipes n'ont jamais eu recours à ce choix.

  • Équipes invaincues et matchs serrés : le début de cette saison 2015-2016 a été inédit puisqu'à l'issue de la cinquième semaine de compétition (c'est à dire près du tiers de la saison) pas moins de 5 équipes blink étaient encore invaincues (du jamais vu…). Les premières défaites sont ensuite arrivées, et il n'en restait bientôt plus qu'une : les Carolina Panthers. Ceux-ci étaient bien partis pour réaliser une "saison parfaite" puisqu'ils en étaient à 14-0. Malheureusement, une petite déconcentration (et/ou un excés de confiance) les a amené à perdre leur avant-dernier match (il faut rappeler qu'ils n'avaient déjà plus grand chose à jouer, étant déjà assurés de terminer dans les deux premiers de la conférence Nationale). Ils terminent finalement avec un bilan de 15 victoires pour une seule défaite.
    Cette série d'invincibilité pour plusieurs équipes en début de saison s'est d'autre part faite alors que bizarrement les matchs étaient globalement très serrés : au total de la saison, plus de 50% des matchs se sont terminés avec au plus 7 points d'écart (soit une seule possession), ce qui constitue un record depuis de longues années. Cela s'est particulièrement vu lors des matchs décalés du lundi ("Monday Night Football" sur ESPN), où 12 des 16 semaines (il n'y en a pas lors de la 17ème) ont vu des matchs décidés sur la dernière possession, avec même 3 (ou 4) prolongations. C'était bien mieux que lors des autres "matchs nationaux" (ceux du jeudi soir sur NFL Network ou du dimanche soir sur NBC), dont plusieurs ont été insipides. C'est bien sûr un hasard complet, les affiches nationales étant décidées à l'avance, et également réparties entre les 32 équipes.

  • San Francisco Forty-Niners : comme d'habitude, un point particulier sur San Francisco. Bon, ne nous mentons pas, dès AVANT le début de la saison, ON SAVAIT que ce serait une saison de "transition" (et/ou de "reconstruction"). Avec le départ du coach qui avait porté l'équipe si haut les années précédentes, le départ de nombreux (au moins 5 ou 6) joueurs clefs, et la retraite de certains autres, l'équipe se retrouvait totalement vidée de sa substance… Avec en outre un calendrier considéré comme l'un des plus dur de la Ligue cette saison, la plupart des analystes estimaient les chances de playoffs à "zéro", et un bilan final de 4 ou 5 victoires neutral. C'est ce qui s'est produit : 5-11… (et encore, la 5ème est arrivée en dernière semaine, et en prolongation, dans un match sans aucun enjeu pour les deux équipes).
    Bon, pas de surprise, donc. Sauf que l'on pensait que l'on pouvait AU MOINS compter sur un quaterback titulaire indiscutable, le "QB du futur", en la personne de Colin Kaepernick, a qui on venait de signer un contrat de long terme confortable. Et bien, même pas non !! Même si le naufrage a été collectif, Kaepernick a été personnellement responsable sur plusieurs matchs (dont un où il a été intercepté 4 fois !), si bien qu'il a carrément été relégué sur le banc neutral à la mi-saison (un peu sous la pression des fans et des médias, ainsi que par le fait que la saison était déjà "morte"). Au point que l'on se demande s'il sera encore le quaterback des Niners la saison prochaine (même si son remplaçant n'a PAS vraiment changé les choses, à part lors de son premier match, où "l'électro-choc" de l'éviction de Kaepernick a joué à fond sur l'ensemble de l'équipe…).
    => Bref, une saison à oublier pour les fans de San Francisco (même lors des rares victoires, l'équipe n'était pas "belle" à regarder, à l'exception du premier match de la saison, le seul bon pour Kaepernick, et celui de l'arrivée de Gabbert au poste de titulaire). Le coach Jim Tomsula a été viré 2h après le dernier match, après donc juste un an en tant que "head-coach" (mais il était un des "coachs secondaires" les 8 années précédentes). Espérons que la prochaine embauche soit meilleure… (note : si c'est Sean Payton, actuel coach des Saints, et dont le nom circule comme possible candidat, JE BOYCOTTERAI les matchs de SF sad, au moins pour la saison prochaine…).
    PS : on se consolera à San Francisco avec l'honneur de recevoir le SuperBowl 50… (note : est-ce la fin des chiffres romains ? La discussion est encore ouverte. Si la décision "50" s'imposait logiquement, les arguments ne sont plus vraiment valables pour "LI" (51) ou les suivants).

  • "Relocations Plans" : ce sera le premier point de cette chronique "saison régulière" L'ANNÉE PROCHAINE, lorsque nous connaîtrons enfin le résultat des votes roll. Mais il semble logique d'en parler dès maintenant, parce que le feuilleton dure depuis plusieurs années, et que l'on arrive enfin au "season finale" (allusion aux épisodes finaux de la saison d'une série télévisée, qui l'a concluent et sont très attendus par les fans).
    Trois équipes (les Saint-Louis Rams, les San Diego Chargers, et les Oakland Raiders) ont officiellement déposé (la semaine dernière) un dossier de "relocation" auprès de la NFL. La "relocation", cela signifie que ces équipes veulent CHANGER DE VILLE… (et en l'occurence, aller à Los Angeles).

    Rappel : dans les sports-us, les équipes sont des entités indépendantes, qui ne sont liées à la ville qui les héberge que par un contrat (souvent lié à la construction/exploitation d'un stade), lequel peut être renouvelé ou non. Les "Chargers" par exemple, ne SONT PAS "l'équipe de San Diego", ce sont JUSTE les "Chargers", d'ailleurs ils étaient à Baltimore il y a quelques années. De même, lorsque j'ai commencé à m'intéresser à la NFL, les Rams étaient à Los Angeles, pas à Saint-Louis… Ces relocations sont cependant rares parce que difficiles :
    • déjà, cela coûte un MAX (et je le place en premier, parce que l'argent est à la fois une motivation ET un frein) : dans quasiment la totalité des cas (peut-être moins dans le passé, mais 100% aujourd'hui), cela implique la construction d'un nouveau stade dans la ville destinataire, ce qui peut difficilement se négocier aujourd'hui à moins d'un milliard wink (voire 1.5 pour avoir un "vrai bon" stade). Celui-ci sera financé à la fois par l'équipe ET par la ville. Le pourcentage entre les deux est l'objet des (difficiles) négociations : il faut combiner la volonté des deux parties ("j'ai envie d'aller ici parce que je ferai plus d'entrées/profit" / "j'ai envie d'avoir une équipe NFL parce que ça génèrera plus de réputation/profit"), et les finances des deux parties (dont l'objectif est évidemment ici le même : "je veux dépenser le moins possible"… smile).
    • autre problème de taille pour les villes candidates (à condition que la question "volonté" explicitée ci-dessus soit résolue : il faut que l'équipe soit décidée à se déplacer dans la ville, et que la ville soit décidée à accueillir une équipe) : la place, et les citoyens.
      Il faut de la place (en milliers de m2) pour construire un stade (penser aux parkings, qui triplent ou quadruplent la place nécessaire au stade lui-même). Et comme les équipes ne veulent pas se déplacer en pleine campagne (cf. "volonté"), c'est une place qu'il faut trouver sur l'espace urbain déjà fortement surchargé.
    • d'autre part, puisque la ville va (forcément) devoir participer au financement, il FAUT avoir le soutien des citoyens. Et OUI, dans la totalité des états (sous réserve, parce que je n'ai pas été regarder précisemment la législation de chaque état), ce genre de décision, qui implique une large implication des taxes locales (il faut bien sortir l'argent de quelque part, et on parle ici de plusieurs centaines de millions) NE PEUT PAS se faire par le maire seul (ou la mairie avec ses conseillers élus) : il FAUT un référendum local. Ça s'appelle la démocratie… siffle
    • et enfin, si la ville et l'équipe sont finalement d'accord, il faut passer sous les fourches caudines du "commitee", le groupement des propriétaires des 32 franchises, qui doivent approuver la relocation à au moins 24 voix (soit 3/4). Notons qu'en fait, c'est cette étape qui est souvent la première (en effet, ça ne sert à rien de lancer la chose si cette étape n'est pas passée).
    • Note : et les fans ? Et bien, ce sont les grands oubliés de la procédure. C'est pourquoi on a vu ces dernières semaines de grandes pancartes dans le public à St-Louis ou à San Diego disant "Stay in there, please", ou "LA No Way" (note : visiblement, les fans d'Oakland sont résignés… wink). C'est leur seul moyen de s'opposer à la relocation. Ceci dit, on l'a dit ci-dessus, ces deux équipes ont l'habitude de ce genre de chose. Et le retour des Rams à Los Angeles ravit aussi quelques fidèles de la première heure.
    => Les 3 équipes ont donc déposé leur dossier pour une relocation à Los Angeles.
    Mais il n'y a en fait que 2 "projets" en compétition (en particulier vis-à-vis de la Ville) : l'un est porté par les Rams (1.8 milliard à Inglewood), l'autre par l'alliance Chargers-Raiders qui proposent un stade partagé de 1.7 milliard à Carson.
    Le projet "Inglewood" a l'avantage du temps (c'était la première proposition concrète), mais s'oppose à la ville de St-Louis qui entend bien conserver son équipe avec un "contre-projet" de construction d'un nouveau stade (qui serait à la charge de la ville; vous voyez pourquoi je parlais de "négociation" et "d'argent" ci-dessus : c'est digne d'un jeu d'échecs rigole !).
    Le projet "Carson" est moins concret, mais (me) semble plus favorable : les deux équipes (Chargers et Raiders) sont celles qui jouent actuellement dans les DEUX PLUS ANCIENS stades de la NFL. À Oakland en particulier, sur certaines zones on en arrive au niveau de décrépitude de "Candlestick Park" (l'ancien stade de San Francisco), voire pire. Il est URGENT de faire quelque chose, et la NFL est très sensible sur ce point (le concept "better experience" wink). D'autre part, la distance de relocation est moindre qu'avec le Missouri (on reste en Californie avec Oakland et San Diego), donc les fans peuvent rester contents.
    Bref, je "plussoie" le projet "Carson". Et j'attends les arguments de la Ligue si jamais ils choisissent le projet "Inglewood" : j'en ferai une analyse détaillée… siffle


  • Sports
  •  » NFL