Accueil

 

 

 
 
  • Sports
  •  » NFL
WildcardPreview DivisionalPreview Conférence Super Bowl
Conférence Nationale Conférence Américaine
ATLLAR
CARNO
TENKC
BUFJAX
ATLPHI
NOMIN
TENNE
JAXPIT
Atlanta Falcons (6)
23
Los Angeles Rams (3)
10
Sat. 06/01
8:00pm ET

Résumé…
Pass: J.  Goff (LAR) - 24-45, 259 yds, 1 TD
Rush: D.  Freeman (ATL) - 18 car, 66 yds, 1 TD
Rec: J.  Jones (ATL) - 9 rec, 94 yds, 1 TD
Voir la fiche globale…
Les anciens vainqueurs de la NFC auront bien du mal face aux étonnants Rams, qui sont N°1 en scoring.
Pronostic : LAR by 6.
Carolina Panthers (5)
26
New Orleans Saints (4)
31
Sun. 07/01
4:30pm ET

Résumé…
Pass: D.  Brees (NO) - 23-33, 376 yds, 2 TD, 1 INT
Rush: A.  Kamara (NO) - 10 car, 23 yds, 1 TD
Rec: G.  Olsen (CAR) - 8 rec, 107 yds, 1 TD
Voir la fiche globale…
Ces deux équipes étant dans la même division, elles se sont déjà rencontrées deux fois et les Saints ont remporté les deux matchs.
Pronostic : NO by 4.
Tennessee Titans (5)
22
Kansas City Chiefs (4)
21
Sat. 06/01
4:30pm ET

Résumé…
Pass: A.  Smith (KC) - 24-33, 264 yds, 2 TD
Rush: D.  Henry (TEN) - 23 car, 156 yds, 1 TD
Rec: T.  Hill (KC) - 7 rec, 87 yds
Voir la fiche globale…
Les Chiefs semblent avoir l'avantage à domicile, d'autant que Mariota (TEN) a souvent eu des difficultés cette saison.
Pronostic : KC by 9.
Buffalo Bills (6)
3
Jacksonville Jaguars (3)
10
Sun. 07/01
1:00pm ET

Résumé…
Pass: B.  Bortles (JAX) - 12-23, 87 yds, 1 TD
Rush: B.  Bortles (JAX) - 10 car, 88 yds
Rec: D.  Westbrook (JAX) - 5 rec, 48 yds
Voir la fiche globale…
Dans ce match des "petits poucet", et des "grands retours", les Jaguars devraient pouvoir profiter de l'avantage du terrain.
Pronostic : JAX by 8.
Atlanta Falcons (6)
10
Philadelphia Eagles (1)
15
Sat. 13/01
4:30pm ET

Résumé…
Pass: M.  Ryan (ATL) - 22-36, 210 yds, 1 TD
Rush: T.  Coleman (ATL) - 10 car, 79 yds
Rec: J.  Jones (ATL) - 9 rec, 101 yds

Voir la fiche globale…
C'est inédit à ce niveau de la compétition : les Falcons sont censés être favoris face au N°1. Suivons donc les experts.
Pronostic : ATL by 3.
New Orleans Saints (4)
0
Minnesota Vickings (2)
0
Sun. 14/01
4:30pm ET
Match assez indécis : l'attaque des Saints contre la grosse défense des Vikings. Léger avantage à domicile.
Pronostic : MIN by 5.
Tennessee Titans (5)
14
New England Patriots (1)
35
Sat. 13/01
8:00pm ET

Résumé…
Pass: T.  Brady (NE) - 35-53, 337 yds, 3 TD
Rush: D.  Lewis (NE) - 15 car, 62 yds
Rec: D.  Amendola (NE) - 11 rec, 112 yds

Voir la fiche globale…
On voit mal comment les Patriots pourraient perdre ce match… Reste à savoir si cela donnera ou non un "blowout"
Pronostic : NE by 15.
Jacksonville Jaguars (3)
45
Pittsburgh Steelers (2)
42
Sun. 14/01
1:00pm ET

Résumé…
Pass: B.  Roethlisberger (PIT) - 37-58, 469 yds, 5 TD, 1 INT
Rush: L.  Fournette (JAX) - 25 car, 109 yds, 3 TD
Rec: A.  Brown (PIT) - 7 rec, 132 yds, 2 TD
Voir la fiche globale…
Avant même le début des playoffs, Roethlisberger avait annoncé qu'il voulait une revanche contre les Jaguars.
Pronostic : PIT by 8.

Wildcard

Tableau des équipes qualifiées Bilan de la saison régulière 2017-2018

Sur les 12 équipes en playoffs cette saison, 8 d'entre elles unsure n'étaient pas présentes l'année dernière (3 retours en AFC, 1 seul en NFC), dont les quatre vainqueurs de division en NFC. Il s'agit du record (à égalité avec 2003) de renouvellement depuis que le format des playoffs est passé à douze équipes en 1990.

En Conférence Américaine (AFC), on retrouve certes des habitués aux deux premières places (Patriots et Steelers), mais également des retours comme les Jacksonville Jaguars (10 ans) et surtout les Buffalo Bills qui ont mis fin à une disette de 18 ans (record tous sports confondus ! oui), et qui sont indéniablement la GROSSE SURPRISE de la saison. Notons que ces deux équipes se rencontreront lors de ce premier tour.

En ce qui concerne la Conférence Nationale (NFC), le renouvellement est quasiment total : seuls les Falcons (les perdants du dernier Superbowl) étaient déjà là en 2017, mais en étant seulement 6ème, leur parcours (entièrement à l'extérieur) sera plus délicat cette fois.
Notons que c'est la première fois que tous les vainqueurs de division dans une conférence n'étaient pas qualifiés la saison précédente (depuis qu'il y a 2 x 4 divisions).

Du côté des matchups de ce premier tour, on attend bien sûr le "match des retours" Buffalo - Jacksonville, mais la plus grande affiche reste la dernière du week-end : Carolina - New Orleans, probablement le match le plus indécis de ce tour "Wildcards".
Équipes qualifiées : saison 2017-2018
RangConférence Américaine (AFC)Bilan
1
New England Patriots
13 - 3
2
Pittsburgh Steelers
13 - 3
3
Jacksonville Jaguars
10 - 6
4
Kansas City Chiefs
10 - 6
5
Tennessee Titans
9 - 7
6
Buffalo Bills
9 - 7
RangConférence Nationale (NFC)Bilan
1
Philadelphia Eagles
13 - 3
2
Minnesota Vickings
13 - 3
3
Los Angeles Rams
11 - 5
4
New Orleans Saints
11 - 5
5
Carolina Panthers
11 - 5
6
Atlanta Falcons
10 - 6
  • Évènement ce soir à Los Angeles : c'est le 20ème match de playoffs au Memorial Coliseum, mais le premier depuis janvier 1994.
    Le fameux (et vieux… wink) stade, qui a accueilli entre autres deux Jeux Olympiques (1932, 1984) et deux Superbowls (dont le tout premier de l'histoire) est bourré à craquer (74 300 spectateurs) pour ce retour.
    Rappelons que la ville de Los Angeles a été privée d'équipe pendant 21 ans avant que les Rams ne reviennent de St Louis la saison dernière. Leur qualification cette année est la première pour l'équipe depuis 13 ans.

    Muhammed Sanu Catch
    AP Photo / Kelvin Kuo
    On attendait plutôt un match offensif, mais ce sont les défenses et les équipes spéciales qui vont s'illustrer dans le début de match : en plus de cinq minutes de jeu (deux possessions de chaque côté), pas un seul first-down neutral ! C'est une erreur de Los Angeles (ou une bonne action de l'équipe spéciale d'Atlanta, selon le point où on se place) qui va débloquer la situation : un n-ième punt est récupéré par les Falcons, ce qui les place à 18 yds, et mène à un FG. Puis un long FG de 51 yds leur permet de doubler la mise en fin de premier quart-temps. 6 - 0.
    Dès l'action suivante, les Rams commettent un fumble, et ce second turnover encore favorable à Atlanta leur permet de marquer un touchdown huit actions plus tard. 13 - 0, l'écart est fait. En fin de mi-temps, les Rams reviennent dans la partie : une passe de Jared Goff vers Cooper Kupp leur donne leur premier touchdown, puis sur le dernier drive de la mi-temps, et grâce en particulier à une passe de Jared Goff pour 38 yds, ils finissent par marquer au moins un FG, ce qui donne un score serré à la mi-temps : 13 - 10.
    Notons que ces 30 dernières secondes ont été particulièrement confuses (et longues) : deux actions successives "révisées" à la vidéo, l'une confirmée l'autre invalidée, alors que du point de vue téléspectateur (qui a le ralenti immédiatement), la conclusion de ces révisions (c'est à dire "bonne décision" la première fois, "mauvaise" la seconde fois) semblait ÉVIDENTE.

    Le premier drive de la seconde mi-temps consomme à lui seul la moitié du troisième quart-temps. Les Falcons étendent leur avantage par un FG après 16 actions tongue ! Puis un long FG (54 yds) leur permet de prendre deux scores d'avance en fin de troisième. 19 - 10. Los Angeles réplique par un FG en début de quatrième, mais une ÉNORME passe de Matt Ryan vers Mohamed Sanu (pour un gain de 52 yards (cf. photo, plus longue action du match) !! roll) permet à Atlanta un peu plus tard de marquer le touchdown décisif (Julio Jones, qui termine à 9 recs, 94 yds et 1 TD). À 26 - 13 avec moins de 6 minutes à jouer, la tâche des Rams semble improbable (mais possible, ce n'est que 2 TDs, on a déjà vu pire…… wink).

    À 2'11" de la fin, le miracle SEMBLE en marche avec un TD de Higbee, mais celui-ci est finalement REFUSÉ par les arbitres après révision vidéo (a priori avec raison). Et le match se termine sur ce score de 26 - 13.
    Après le match on ne peut s'empêcher de penser à une statistique : les Los Angeles Rams, équipe jeune, avaient un total de 6 joueurs qui avaient déjà participé à un match de playoff… C'est de loin le moins bon total de TOUTES les équipes (oui, oui, MÊME Buffalo : 6 pour les Rams, 11 pour les Jaguars, les Titans et les Bills sont tout de même à 18, sachant qu'en haut de l'échelle les Steelers et les Patriots ont 40-41 joueurs déjà expérimentés siffle !). Et c'est en grande partie ce manque d'expérience qui a coûté à Jacksonville, en particulier sur les erreurs de Pharoh Cooper en première mi-temps (sans lui lancer la pierre, il a malheureusement été impliqué dans les deux turnovers).
  • Le premier long drive du match (15 actions, 7'30") est à mettre au crédit des Panthers, qui se rapprochent jusqu'à 7 yards de la ligne. Ils doivent se contenter d'un field-goal : une simple formalité, puisqu'il est de seulement 25 yards (c'est à dire plus court qu'une transformation… neutral). Et pourtant, inexplicablement (il était à 29/30 cette saison, meilleur en NFL), Graham Gano le rate blink ! Juste après, il suffit aux Saints de seulement deux actions (en fait, une seule, puisque la première passe du drive est incomplète) pour ouvrir le score : une longue passe de Drew Brees est captée par Ted Ginn Jr. (cf. photo de gauche ci-dessous) et l'ancien joueur de Carolina marque un touchdown de 80 yards tongue ! 0 - 7.

    Ted Ginn Jr. TD
    AP Photo / Butch Dill
    À partir de cette fin de premier quart-temps et pendant tout le deuxième, les drives vont se succéder selon le même scénario à chaque fois : Carolina marque des FGs (27, 39 et surtout 58 yards, Gano se rachetant un peu de sa bourde), et New Orleans répond à chacun en marquant des TDs (un à la passe, l'autre à la course). Soit : FG, TD, FG, TD, FG, ce qui donne en additionnant pour chaque équipe, 9 - 21 à la mi-temps.
    En gros, Carolina réussit certes à progresser mais se retrouve à chaque fois bloqué sur les actions qui comptent, alors que Drew Brees et son équipe sont impeccables dans ces actions décisives.
    Le trosième quart-temps est plus calme en ce qui concerne le scoring : un field-goal de chaque côté (soit 12 - 24), puis des punts.

    Au début du dernier quart-temps, Greg Olsen (qui n'était pas présent pour Carolina lors des deux rencontres entre les deux équipes pendant la saison régulière), capte 3 passes de Cam Newton dans le même drive : 16 yds, 24 yds, et surtout 14 yds pour marquer enfin le premier TD des Panthers, qui les remet totalement dans le match. 19 - 24.
    Suivent une bonne défense de chaque côté, avec une "demi-polémique" sur une blessure de Cam Newton qui est obligé de laisser une action à son remplaçant (il sera de retour dès le drive suivant). Sur la possession suivante des Saints, Drew Brees évite plusieurs défenseurs et lance une énorme passe (46 yard) pour Michael Thomas totalement démarqué, ce qui va permettre un TD à la course deux actions plus tard. 19 - 31.

    Tout est donc à refaire pour Carolina (5 minutes restantes), et c'est ce qu'ils font : une passe est captée par Christian McCaffrey, qui s'infiltre ensuite entre les défenseurs des Saints, et finit par marquer un touchdown de 56 yards. 26 - 31.
    Il reste alors un peu plus de 4 minutes, et tandis que Carolina stoppe l'horloge en utilisant leurs temps-morts, New Orleans progresse doucement, sans hâte. Au moment du "2 minutes warning", la défense de Carolina a bloqué les Saints vers le milieu du terrain, on est sur une quatrième-et-2. Tout le monde pense que New Orleans va punter et que les Panthers auront certes une dernière chance, mais en partant loin dans leur terrain.
    Mais au retour de la publicité, on s'aperçoit que le coach Sean Payton a décidé de laisser son attaque sur le terrain et de tenter cette 4ème tentative… Bizarre décision unsure (d'ailleurs très controversée le lendemain). Évidemment, un nouveau first-down aurait définitivement tué le match, sans même avoir à marquer plus tard, car Carolina n'avait plus de temps-mort pour stopper le chrono. Mais c'est aussi prendre un gros risque… siffle

    George Johnson, Cameron Jordan, Vonn Bell sack
    NFL / Ric Tapia
    Et paf ! Brees ne trouve aucun joueur démarqué (car en plus, ce n'est pas une action pour une petite course de 2 yards qui a été appelée, mais une passe !), il lance en espérant un miracle, et est intercepté par le safety Mike Adams. On voit alors certains joueurs de Carolina contester leur propre interception auprès des arbitres rigole !! En effet, si Adams avait juste empêché la réception (par exemple en jetant la balle à terre), les Panthers auraient repris la balle sur leurs 47, alors que là, ils repartent sur leurs 31 yards. Les Saints s'en sortent donc pas si mal sur le coup (c'est l'équivalent d'un punt un peu raté).

    Bon, les Panthers ont quand même leur dernière chance de comeback, avec 1'51" au compteur (mais plus de timeout). Et ça se passe bien ! Cam Newton complète 3 passes successives, ce qui amène Carolina à 26 yards de l'embut avec encore 58 secondes à jouer, puis 5 yds de plus après une pénalité. Les chances des Panthers commencent néanmoins à s'amenuiser lorsque Cameron Jordan provoque une pénalité contre Newton pour "intentional grounding" (perte de 13 yds + 10 secondes). Et sur la dernière tentative (déjà un peu désespérée), les défenseurs des Saints s'y mettent à trois (George Johnson, Cameron Jordan, et Vonn Bell, cf. photo de droite ci-contre) pour sacker Cam Newton et mettre un terme au match.
  • C'est une petite passe d'Alex Smith, a priori insignifiante (juste assez pour obtenir un first-down), qui va réellement lancer le match. Captée par Tyreek Hill, elle se transforme en une TRÈS longue course (45 yards tongue) après la réception, ce qui permet à Kareem Hunt de marquer un touchdown sur l'action suivante. 0 - 7. Rappelons que le rookie Kareem Hunt a été le leader à la course de toute la ligue cette saison, ce n'est que la 6ème fois depuis 1970 qu'un rookie obtient ce titre.
    Smith se connecte ensuite avec Travis Kelce pour un TD de 13 yards en fin de premier quart-temps. 0 - 14. Les Chiefs ont à ce moment déjà gagné 180 yards, contre seulement 27 pour Tennessee hmm, et ont 8 first-down à zéro. Les Titans obtiennent enfin leur premier first-down en début de deuxième quart-temps, mais Marcus Mariota est intercepté lors du drive suivant.
    C'est finalement par un field-goal que Tennessee ouvre son score au moment du "2 minutes warning" (3 - 14). Enfin, sur le dernier drive (et plus précisemment la dernière action) de la mi-temps, Alex Smith trouve Demarcus Robinson pour un nouveau touchdown qui porte le score à 3 - 21 à la pause.

    Marcus Mariota TD himself
    AP Photo / Charlie Riedel
    Dans cette première mi-temps, Alex Smith a des statistiques impressionnantes : 19 sur 23 pour 231 yards et 2 TDs unsure !!! En face, Mariota n'est qu'à 7 sur 13 pour 81 yards et une INT.
    Mais tout va changer au retour des vestiaires… fier
    En seconde mi-temps, Kansas City (qui a perdu sur blessure leur meilleur joueur, Travis Kelce, lors du dernier drive de la première) ne va gagner que moins de 100 yards (!), alors que leurs adversaires vont complètement se réveiller.
    À commencer par le tout premier drive de la troisième période : remontant presque tout le terrain (91 yds) pour un total de 8'30" de possession (15 actions), les Titans se retrouvent à moins d'un petit yard de l'embut. S'ensuit un passage assez rocambolesquerigole

    D'abord un touchdown semble être marqué à la course, mais est annulé pour une pénalité. Puis Marcus Mariota tente de lancer un TD mais sa passe "rebondit" sur un défenseur des Chiefs. La balle atterit alors miraculeusement dans les bras du quaterback, qui plonge dans l'embut (cf. photo ci-dessus) pour marquer lui-même le touchdown. 10 - 21.
    C'est donc un touchdown à la passe pour lui-même blink !! C'est la deuxième fois que cet évènement rare se produit (la dernière fois c'était en 1997), mais la toute première fois en playoff. Mariota devient également le premier joueur à lancer un TD et à en recevoir un dans le même match, et en plus c'était dans la même action ! Notons pour la petite histoire, que c'était aussi SON tout PREMIER TD en playoff… wink

    Derrick Henry TD
    AP Photo / Charlie Riedel
    Le match continue ensuite sur ces bases "un peu folles" : la défense de Tennessee bloque les Chiefs et les force à punter, mais le punt est "muffed", ce qui rend la balle à Kansas City. Ils n'en profitent néanmoins pas car leur FG est manqué. C'est au contraire les Titans qui repartent à l'attaque, un drive qui se conclut par un nouveau touchdown, une longue course (35 yards) de Derrick Henry (cf. photo ci-contre). 16 - 21, la conversion à deux-points ayant échoué.
    Puis après une bonne défense, c'est une passe de Mariota vers Eric Decker qui donne un touchdown de 22 yards et l'avantage au score. 22 - 21, avec encore une conversion manquée. Les Titans ont donc successivement scoré des TDs sur leurs trois possessions de la seconde mi-temps, et les statistiques se sont complètement inversées entre les deux équipes.

    Il reste néanmoins de l'espoir pour Kansas City, car encore 6 minutes à jouer. Mais ils ne progressent pas suffisamment pour pouvoir tenter un field-goal victorieux. Ils doivent donc s'en remettre à leur défense, mais cette fois il n'y a plus que 2 minutes. Le miracle n'aura pas lieu : sur une troisième-et-10 décisive, Marcus Mariota va lui-même faire un block pour permettre à Henry de gagner le first-down qui met quasiment fin au match puisque les Chiefs n'ont plus de temps-mort.
    Kansas City a désormais perdu 6 matchs de playoffs consécutifs (11 des 12 derniers), leur dernière victoire remonte à janvier 1994. Cette défaite-ci va rester dans les mémoires, car rappelons qu'ils menaient de 18 points unsure à la mi-temps. Quant aux Titans, ils deviennent la quatrième équipe à remonter un tel déficit (ou plus) en playoff (rappel : ça s'est produit au dernier Superbowl… wink), la troisième à l'extérieur (après 1957 et 1972).
  • En arrivant ce dimanche après-midi devant le match Buffalo - Jacksonville, on ne s'attendait évidemment pas à un festival offensif, mais pas non plus à ce à quoi on a assisté, c'est à dire honnêtement à un match horrible mad, et par moments presque in-regardable… Les matchs très défensifs peuvent parfois être intéressants car même en défense les actions peuvent être spectaculaires, et puis il y a forcément du suspense car de tels matchs sont a priori très serrés. C'est malheureusement le seul point positif que l'on peut retirer de la rencontre de ce dimanche : ça s'est finalement joué à peu…

    Blake Bortles
    USA TODAY Sports / Kim Klement
    Mais que ce fut long et ennuyeux !! tongue Il est difficile de commenter ce match tellement il y a eu PEU D'ACTIONS tout court. Rien ne marchait, tout semblait approximatif ou mal inspiré, et cela des deux côtés. Il n'y a qu'à regarder le "play-by-play", rempli de lignes "punt" : 9 en première mi-temps, mais encore 8 en seconde. Alors on essaie de s'emballer pour les turnovers, et en effet l'interception de Tyrod Taylor au deuxième quart-temps a pu laisser penser que le match allait démarrer, mais les Jaguars n'en ont pas profité. C'est au contraire les Bills qui vont ENFIN construire un long drive : 18 actions, 8 minutes de possession (soit le même total que TOUS les précédents drives de Jacksonville fier), MAIS malgré s'être rapproché jusqu'à 1 yard de l'embut, il doivent se contenter d'un FG à cause d'une pénalité. Ce sera finalement le seul drive du match à aller dans la "red-zone" pour Buffalo.

    Du côté des Jaguars, c'est guère plus glorieux : sur leurs 7 premières possessions, ils ont punté 6 fois et gagné un maigre total de 110 yards au total. Comme Blake Bortles n'a pas de succès avec son bras, le quaterback des Jaguars décide d'utiliser ses jambes lol (cf. photo). C'est d'ailleurs après une de ses courses que Jacksonville a pu égaliser 3 - 3 juste avant la mi-temps. Et c'est encore en grande partie grâce à ces courses que plus tard en fin de troisième quart-temps, et après un long drive, les Jaguars vont marquer le seul touchdown du match (3 -10), et se qualifier à l'issue d'un dernier quart-temps tout aussi insipide que les premiers.

    Au total, Bortles aura couru pour plus de yards (88) qu'il aura lancé à la passe (87), devenant le premier quarterback à gagner un match de playoff avec moins de 100 yards à la passe depuis Steve McNair en 1999. Mais le plus important pour les Jaguars c'était de gagner en playoff, chose qui n'était pas arrivé depuis la saison 2007 (et même 1999 pour une victoire à domicile). Il n'en reste pas moins que Jacksonville devra montrer autre chose contre Pittsburgh que quelques courses de leur quaterback s'ils veulent continuer leur parcours.

Divisional

Analyse du premier tour :
  • On a eu un peu de tout dans ce tour "wildcard" : 2 victoires à l'extérieur (donc 2 à domicile), 3 matchs serrés, c'est à dire à une possession d'écart (maximum 7 points), deux matchs avec du suspense jusqu'au bout oui (les deux avec un "comeback" en deuxième mi-temps), mais aussi un match particulièrement mauvais. Et on peut considérer que la victoire d'Atlanta à Los Angeles est une vraie surprise.
  • Les avis vont être partagés en ce qui concerne le meilleur match du week-end, car TEN - KC et CAR - NO ont tous les deux proposé leur lot de belles actions et de suspense, avec un comeback en deuxième mi-temps dans les deux. Il y a eu 6 TDs dans les deux matchs, mais globalement plus de points à New Orleans, donc ceux qui priviligient l'offensive choisiront ce match. On peut aussi dire que ce match était plus important que l'autre pour ce qui est de la suite de la compétition, car les Saints peuvent aller au bout alors que les Titans auront du mal dès le tour suivant.
    Pour ma part, je choisis néanmoins le match TEN - KC, préférant le "comeback réussi de justesse" au "comeback manqué de peu".
  • La meilleure action offensive (et aussi la plus longue) a été le touchdown de 80 yards marqué par Ted Ginn Jr. (New Orleans). Mais évidemment, on retiendra aussi l'action étonnante (voir la vidéo, 17 Mo, 1 min 26") du week-end : la passe pour lui-même de Marcus Mariota (Tennessee).
Présentation du second tour :
  • Seules 3 équipes étaient déjà là la saison dernière, ce qui est beaucoup moins que les années précédentes (on était à 5 depuis plusieurs années), mais c'est normal puisqu'on était à 4 sur 12 (taux record de renouvellement) le tour précédent. En fait, seul Kansas City a été éliminée, et Atlanta s'est qualifiée (Pittsburgh et New England n'ayant pas encore joué).
  • En AFC, il semble évident que New England et Pittsburgh seront assez largement wink2 favoris et que l'on se dirige à nouveau vers un grand classique pour la Finale de Conférence (la même que l'année dernière).
    • Les Titans n'ont plus gagné à Foxborough depuis 1993 (à cette époque ils s'appelaient Houston Oilers), alors que les Patriots ont gagné les six derniers affrontements entre les deux équipes.
    • Les Steelers ont certes perdu contre les Jaguars cette saison, mais Ben Roethlisberger avait réalisé son plus mauvais match en carrière (avec 5 interceptions, un record pour lui). Nul doute qu'il voudra prendre sa revanche dimanche. D'autant que Pittsburgh a été quasiment imbattable sur les trois derniers mois de la saison (une seule défaite, face à New England).
  • En revanche, les matchs de la NFC seront tous deux intéressants oui à suivre, le plus attendu étant celui de dimanche soir (New Orleans - Minnesota cool).
    • On a beaucoup parlé du problème de Philadelphie dans ces playoffs : la blessure de leur quaterback Carson Wentz : depuis que Nick Foles a repris le flambeau (semaine 15), leur attaque dans les 3 derniers matchs de la saison est tombée de 28.3 points à 15.7 points par match. Il faudra sans doute se reposer sur la course, avec leur running-back Jay Ajayi.
      Atlanta (N° 6), de son côté, sera la première équipe dans l'histoire (depuis le nouveau format) à être (légèrement) favorite contre une tête de série N°1 lors du match "Divisional".
    • Minnesota a battu New Orleans lors de la toute première semaine de la saison régulière (29-19), mais les équipes ont beaucoup changé depuis. Les Vikings ont changé de quaterback (Case Keenum au lieu de Sam Bradford, blessé en milieu de saison). Quant aux Saints, ils ont complètement changé leurs running-backs. Notons que si Drew Brees a réalisé sa moins bonne saison statistique depuis 12 ans avec New Orleans, il a quand même livré son meilleur match la semaine dernière (376 yards et deux touchdowns).
  • La température est de -2°C (ressentie -6°C) à Philadelphie, avec pas mal de vent. Dès la première action du match, Nick Foles (qui remplace donc Carson Wentz au poste de quaterback pour les Eagles) tente une longue passe, qui n'est pas captée, mais une pénalité permet quand même le gros gain. Malheureusement, les Eagles commettent un fumble juste après, et c'est finalement Atlanta qui ouvre le score lors du drive résultant, par un field-goal de 33 yards. 3 - 0.
    Pas grand chose ensuite à signaler jusqu'au début du deuxième quart-temps : un gros gain (21 yards) à la course amène alors les Eagles à 3 yards de la ligne. Après quelques actions inactives, une course se transforme en fumble, mais Foles récupère et semble marquer. La révision vidéo le place finalement à un petit yard de l'embut. C'est donc une "4th & 1", les Eagles la tentent et la réussissent oui : touchdown de LeGarrette Blount mais la conversion est manquée. 3 - 6. Note : depuis 2008, Philadelphie est l'équipe qui a réussi le plus de 4èmes tentatives (17 sur 26) en NFL.

    Philadelphia Eagles
    AP Photo / Matt Rourke
    Un peu plus tard, Atlanta récupère un punt selon une règle que j'ai toujours trouvé un peu idiote neutral : il suffit que la balle touche un joueur de l'équipe qui reçoit (même par inadvertance ou par hasard) pour que l'équipe adverse ait le droit de la récupérer. Toujours est-il que cela permet aux Falcons d'être directement à 18 yds, et après quelques actions Matt Ryan lance une petite passe vers Devonta Freeman pour un touchdown. 10 - 6.
    À 46 secondes de la mi-temps, un punt est dévié et Philadelphie a l'occasion d'un dernier drive. Sur la dernière seconde, ils bénéficient d'un rebond (un peu comme Mariota la semaine dernière), ce qui leur permet de marquer un FG (Jake Elliott de 53 yards tongue, le plus long field-goal réussi en playoffs pour un rookie, qui se rachète donc de sa conversion manquée wink2). 10 - 9 à la mi-temps.

    Malgré quelques belles actions isolées en attaque, la seconde mi-temps commence par une série de punts, et lorsque les Eagles marquent un nouveau FG, on est déjà à la fin du troisième quart-temps (et le vent s'est calmé). 10 - 12. Après une bonne défense, Philadelphie repart en attaque et construit un très long drive (14 actions dont en particulier une grosse course de Jay Ajayi pour un gain de 32 yards), et ils se retrouvent confrontés à une "4th & 2" (à seulement 5 yds de l'embut) : la différence entre 2 points d'avance (actuellement) et 5 points est assez faible, mais les Eagles préfèrent tout de même prendre le FG. 10 - 15.
    Il reste 6 minutes, et Atlanta a tout le terrain à remonter, ce qu'ils s'emploient à faire progressivement. Ils doivent déjà tenter le tout pour le tout sur une "4th & 6" à 3'30", et Julio Jones (leur meilleur receveur) sauve le coup en gagnant 20 yards d'un coup. Les Falcons finissent par se retrouver à 9 yards, puis 2 yards, mais encore sur une quatrième tentative. C'est donc là-dessus que va se jouer le match blink et Matt Ryan tente de se connecter avec Julio Jones dans l'embut (cf. photo ci-dessus), mais la balle lui passe entre les doigts… (note : de toute façon, même s'il l'avait captée ses pieds seraient retombés hors du terrain).
    C'est la première victoire en playoff pour Philadelphie depuis 2008, et les Eagles accueilleront donc la Finale de Conférence dimanche prochain.
  • Il fait environ -5°C ce soir à Foxborough (la température a brusquement chuté en une journée : un 'chaud' 17 °C hier, puis +5 à midi et -5 ce soir ! blink), où les Patriots reçoivent un match de division pour la 8ème fois consécutive, un record (ce qui signifie qu'ils ont fini dans les deux premiers de la Conférence 8 fois de suite, et souvent premiers). Ils sont sur un bilan de 10-1 à domicile lors de ces matchs de division.
    Tom Brady, bientôt 41 ans, est toujours là big_smile : il joue aujourd'hui son 35ème match de playoff (17-3 à domicile, 25 victoires au total), avec comme statistiques totales 9094 yards à la passe, 63 touchdowns et 31 interceptions, TOUS ces chiffres étant évidemment des records historiques en NFL. rigole
    Notons également que Bill Belichick dirige là son 37ème match de playoff en tant que head-coach, nouveau record aussi (ils étaient jusqu'alors trois à égalité pour 36).

    James White TD
    NFL / Perry Knotts
    Pas grand chose à se mettre sous la dent jusqu'à la fin du premier quart-temps (bonnes défenses de chaque côté), et ce sont les Titans qui ouvrent la marque grâce à une extraordinaire réception à une main dans l'embut par Corey Davis, un rookie. 7 - 0.
    New England réagit dès le drive suivant : une petite passe de Brady vers Dion Lewis se transforme en une longue course après la réception (50 yds), qui dans un premier temps semble donner un touchdown, mais qui est invalidé par la révision vidéo. Le gain de terrain reste cependant conséquent et les Patriots égalisent quelques actions plus tard (James White). 7 - 7. Avec ce TD, Tom Brady égalise Brett Favre au nombre total de touchdowns en carrière (regular & postseason) avec 552. Le record reste à Peyton Manning (579), mais devrait être battu par Brady la saison prochaine. wink

    Puis les Patriots marquent (encore James White mais à la course cette fois) de façon un peu limite (cf. photo), ce qui nécessite encore une révision par les arbitres. Une note sur les révisions : alors qu'on utilise de plus en plus ces révisions vidéos super(ultra)-précises, il est quand même assez étrange neutral que l'on recourre encore à la vieille chaîne d'arpenteur pour mesurer les first-downs, ou que le chrono soit à la seconde alors que le dizième de seconde serait plus utile en fin de mi-temps. Soit on utilise la technologie dans TOUS les compartiments du jeu, soit on laisse les arbitres DÉCIDER sur le terrain (avec les erreurs "humaines" cool).
    Bref, toujours est-il que le TD est confirmé et New England mène 7 - 14. Puis 7 - 21 aux alentours du "2 minute warning" grâce à Chris Hogan.
    Sur le dernier drive de la première mi-temps, Tennessee décide de jouer une quatrième tentative, mais cela échoue et rend le ballon aux Patriots, qui auraient du marquer un field-goal sur la dernière action de la mi-temps, mais Stephen Gostkowski le rate (53 yards quand même). Il était sur une série de 22 réussis en playoffs, deuxième plus longue série de l'histoire (Crosby = 23).

    La question est maintenant de savoir si les Tennessee Titans peuvent refaire le coup de la semaine dernière, où ils étaient menés 3 - 21 à la mi-temps, et l'ont finalement emporté 22 - 21. Le problème c'est qu'en face c'est New England, pas Kansas City wink2, et qu'on imagine mal les Patriots ne rien marquer en seconde mi-temps. siffle
    D'ailleurs une petite course de Brandon Bolden les met déjà à 7 - 28 en fin de troisième, puis définitivement à l'abri par l'incontournable Rob Gronkowski à la passe en début de quatrième. 7 - 35.
    Le reste du match est peu intéressant, les Titans parvenant tout de même à marquer un TD anecdotique (après deux 4èmes tentatives réussies…). Score final : 14 - 35.
  • Il fait encore plus froid cet après-midi à Pittsburgh qu'à Foxborough hier soir : -9 °C
    Le drive d'ouverture des Jaguars est quasiment parfait (8 actions, 66 yds gagnés en 4'20") jusqu'à ce qu'ils se retrouvent bloqués à 2 petits yards de l'embut. Plutôt que de prendre alors trois points faciles, ils décident de jouer la quatrième tentative et le pari est gagnant : Leonard Fournette (le running-back rookie) plonge au-dessus de tout le monde (cf.photo de droite ci-dessous) et marque ! 7 - 0.
    Un peu plus tard Ben Roethlisberger est intercepté, et sur l'action suivante Fournette fait une course qui se termine à la limite de l'embut. Le ralenti montre immédiatement qu'il y a touchdown, mais les arbitres ne l'ont pas signalé neutral mad ! Heureusement, Jacksonville "challenge" immédiatement et obtient logiquement gain de cause : 14 - 0.
    C'est ensuite au running-back adverse de s'illustrer à son tour : Le'Veon Bell réussit plusieurs belles courses, ce qui amène Pittsburgh à 20 yards. Et comme Jacksonville sur le premier drive, ils préfèrent prendre une quatrième tentative (& 1) plutôt qu'un FG. Mais cette fois Bell ne peut pas la convertir et les Steelers rendent donc la balle sans avoir marqué.

    Leonard Fournette TD
    Getty Images / Kevin C. Cox
    Au début du deuxième quart-temps, les Jaguars continuent à performer à la course, soit avec Fournette soit par leur quaterback (rappelons que Blake Bortles a terminé la semaine dernière avec plus de yards gagnés à la course que par ses passes… wink), et c'est finalement T.J. Yeldon qui marque le troisième TD de son équipe. 21 - 0. Les Jaguars en sont déjà à 170 yds (contre 57), 24 actions en attaque contre 14, et un début de match complètement à leur avantage, une certaine surprise, surtout pour le public présent. Ce déficit de 21 points est d'ailleurs un record (à égalité) pour Pittsburgh à domicile en playoffs…
    Une jolie course (21 yds) de Bell, puis une petite passe "à la cuillière" de Roethlisberger, permet aux Steelers de bien progresser et c'est Antonio Brown, qui revient de blessure, qui capte le touchdown, ouvrant ainsi le score pour Pittsburgh. 21 - 7.

    Les Steelers semblent désormais avoir le "momentum", mais sur le drive suivant Roethlisberger est sacké et dans l'action perd le ballon. Celui-ci est récupéré par Smith, qui le remonte sur tout le terrain et ce fumble se transforme donc en TD pour la défense de Jacksonville. 28 - 7.
    Juste avant la pause, Pittsburgh se retrouve un peu loin pour tenter un FG, alors ils jouent une "4th & 11". Et la passe un peu désespérée de Ben Roethlisberger est captée dans l'embut par Martavis Bryant pour le touchdown de l'espoir. 28 - 14 à la mi-temps.
    Les Steelers sont revenus en statistiques (les deux équipes en sont désormais à 200 yds chacune), la différence au score vient uniquement des turnovers (l'interception et le fumble).

    Leonard Fournette TD
    NFL / Ryan Kang
    Dès le retour des vestiaires, Pittsburgh profite du fait de ré-engager en attaque pour immédiatement continuer leur remontée, Le'Veon Bell se muant cette fois en receveur dans l'embut. 28 - 21.
    Au début du dernier quart-temps, les Steelers se retrouvent à nouveau dans la situation d'une "4th & 1" mais alors que tout semblait leur réussir depuis quelque temps (même un punt des Jaguars a été bloqué), ils échouent.

    Jacksonville va alors réaliser l'ACTION du match (jusqu'ici) : une ÉNORME passe de Blake Bortles, qui vole sur la moitié de la longueur du terrain pour finalement atterir dans les bras de Keelan Cole (encore un rookie wink) à 2 yards de la ligne d'embut.
    Un gain de 45 yards tongue !!! Et c'est bien sûr Fournette qui marque à nouveau (cf. photo de gauche). 35 - 21. Il reste 10 minutes à jouer, soit beaucoup de temps, mais chaque possession de Pittsburgh est importante, ce qui les oblige une nouvelle fois à jouer une quatrième tentative. Et cela donne une spectaculaire réception pour un TD par Antonio Brown ! (35 - 28).
    Malheureusement, les Jaguars marquent dans la foulée et reprennent deux possessions d'écart (42 - 28) avec environ 4 minutes à jouer. À 2'18", les Steelers sont à nouveau dans la "red zone". Ben Roethlisberger part pour une course, mais passe vers l'arrière (ce qui est plutôt rare) vers Le'Veon Bell qui va jusqu'au touchdown (42 - 35).
    L'espoir est donc de nouveau permis pour Pittsburgh, qui a encore deux temps-morts à disposition (plus celui du "2 minutes") pour arrêter l'horloge. Ils tentent alors un "onside kick" pour récupérer le ballon immédiatement mais celui-ci échoue. Une décision contestable pour cette action rarement convertie (note : leur dernier "onside kick" réussi date de décembre 2007, 15 échecs depuis), puisque cela donne automatiquement une bonne position aux Jaguars qui réussissent un field-goal de 45 yds, soit une avance quasi-définitive (45 - 35). Pittsburgh marque certes un dernier TD, mais trop tard (dernière seconde du match). Score final : 45 - 42.
  • Sports
  •  » NFL