Accueil

 

 

 
 
  • Sports
  •  » NFL
WildcardPreview DivisionalPreview ConférencePreview Super BowlPreview
Conférence Nationale Conférence Américaine
CHINO
LARSEA
TBWSH
INDBUF
CLEPIT
BALTEN
LARGB
TBNO
CLEKC
BALBUF
Tampa BayGreen Bay
BuffaloKansas City
Kansas City Chiefs (14 - 2)Sun. 07/02 6:30pm ETTampa Bay Buccaneers (11 - 5)
Chicago Bears (7)
9
New Orleans Saints (2)
21
Sun. 10/01
4:30pm ET
Pass: D. Brees (NO) - 28-39, 265 yds, 2 TD
Rush: A. Kamara (NO) - 23 car, 99 yds, 1 TD
Rec: D. Harris (NO) - 7 rec, 83 yds

Fiche du match…
Los Angeles Rams (6)
30
Seattle Seahawks (3)
20
Sat. 09/01
4:30pm ET
Pass: R. Wilson (SEA) - 11-27, 174 yds, 2 TD, 1 INT
Rush: C. Akers (LAR) - 28 car, 131 yds, 1 TD
Rec: D. Metcalf (SEA) - 5 rec, 96 yds, 2 TD
Fiche du match…
Tampa Bay Buccaneers (5)
31
Washington Football (4)
23
Sat. 09/01
8:00pm ET
Pass: T. Brady (TB) - 22-40, 381 yds, 2 TD
Rush: L. Fournette (TB) - 19 car, 93 yds, 1 TD
Rec: M. Evans (TB) - 6 rec, 119 yds

Fiche du match…
Indianapolis Colts (7)
24
Buffalo Bills (2)
27
Sat. 09/01
1:00pm ET
Pass: J. Allen (BUF) - 26-35, 324 yds, 2 TD
Rush: J. Taylor (IND) - 21 car, 78 yds, 1 TD
Rec: S. Diggs (BUF) - 6 rec, 128 yds, 1 TD

Fiche du match…
Cleveland Browns (6)
48
Pittsburgh Steelers (3)
37
Sun. 10/01
8:00pm ET
Pass: B. Roethlisberger (PIT) - 47-68, 501 yds, 4 TD, 4 INT
Rush: J. Conner (PIT) - 11 car, 37 yds, 1 TD
Rec: J. Smith-Schuster (PIT) - 13 rec, 157 yds, 1 TD
Fiche du match…
Baltimore Ravens (5)
20
Tennessee Titans (4)
13
Sun. 10/01
1:00pm ET
Pass: R. Tannehill (TEN) - 18-26, 165 yds, 1 TD, 1 INT
Rush: L. Jackson (BAL) - 16 car, 136 yds, 1 TD
Rec: A.J. Brown (TEN) - 6 rec, 83 yds, 1 TD
Fiche du match…
Los Angeles Rams (6)
18
Green Bay Packers (1)
32
Sat. 16/01
4:30pm ET
Pass: A. Rodgers (GB) - 23-36, 296 yds, 2 TD
Rush: A. Jones (GB) - 14 car, 99 yds, 1 TD
Rec: A. Lazard (GB) - 4 rec, 96 yds, 1 TD

Fiche du match…
Tampa Bay Buccaneers (5)
30
New Orleans Saints (2)
20
Sun. 17/01
6:30pm ET
Pass: T. Brady (TB) - 18-33, 199 yds, 2 TD
Rush: A. Kamara (NO) - 18 car, 85 yds
Rec: T. Smith (NO) - 3 rec, 85 yds, 2 TD

Fiche du match…
Cleveland Browns (6)
17
Kansas City Chiefs (1)
22
Sun. 17/01
3:00pm ET
Pass: P. Mahomes (KC) - 21-30, 255 yds, 1 TD
Rush: D. Williams (KC) - 13 car, 78 yds
Rec: T. Hill (KC) - 8 rec, 110 yds

Fiche du match…
Baltimore Ravens (5)
3
Buffalo Bills (2)
17
Sat. 16/01
8:00pm ET
Pass: J. Allen (BUF) - 23-37, 206 yds, 1 TD
Rush: G. Edwards (BAL) - 10 car, 42 yds
Rec: S. Diggs (BUF) - 8 rec, 106 yds, 1 TD

Fiche du match…
Tampa Bay Buccaneers (5)
31
Green Bay Packers (1)
26
Sun. 24/01
3:00pm ET
Pass: A. Rodgers (GB) - 33-48, 346 yds, 3 TD, 1 INT
Rush: L. Fournette (TB) - 12 car, 55 yds, 1 TD
Rec: M. Valdes-Scantling (GB) - 4 rec, 115 yds, 1 TD
Fiche du match…
Buffalo Bills (2)
24
Kansas City Chiefs (1)
38
Sun. 24/01
6:30pm ET
Pass: P. Mahomes (KC) - 29-38, 325 yds, 3 TD
Rush: D. Williams (KC) - 13 car, 52 yds, 1 TD
Rec: T. Hill (KC) - 9 rec, 172 yds

Fiche du match…
Kansas City Chiefs
9
Tampa Bay Buccaneers
31
Sun. 07/02
6:30pm ET
Pass: T. Brady (TB) - 21-29, 201 yds, 3 TD
Rush: L. Fournette (TB) - 16 car, 89 yds, 1 TD
Rec: R. Gronkowski (TB) - 6 rec, 67 yds, 2 TD

Fiche du match…

Wildcard

Tableau des équipes qualifiées Bilan de la saison régulière 2020-2021

L'évènement des playoffs de cette saison, à part bien sûr l'extension à 7 équipes par conférence dont j'ai parlé dans le résumé de la saison régulière, c'est le RETOUR des deux équipes absentes depuis le plus longtemps : après 12 saisons pour les Tampa Bay Buccaneers, et après 17 saisons (!!) pour les Cleveland Browns cool (note: ce qui signifie que les Browns étaient la seule des 32 équipes à ne PAS être dans ma base de données des matchs de playoffs, puisque j'avais 16 saisons enregistrées jusqu'à 2019… wink2).
C'est la quatrième fois dans l'histoire que cela survient (88, 89 et 99). Et l'équipe absente des playoffs depuis le plus longtemps est désormais les New York Jets, dernière fois en saison 2010.

Concernant le renouvellement par rapport à la saison précédente, le taux est assez classique (7/12 déjà présentes en 2019), mais évidemment l'extension du format mène à 7 nouvelles équipes. On verra la saison prochaine si l'extension influe sur le renouvellement… roll
On note surtout deux grands absents cette année : les New England Patriots (présents sans discontinuer depuis 2009 unsure !), et les San Francisco 49ers (pourtant n°1 de la Conférence NFC en 2019, et présents au dernier Super Bowl).

Numéros 1 de leur Conférence (et donc seuls exemptés du premier tour dans le nouveau format) : du côté AFC, Pittsburgh a très longtemps été en tête (invaincus après 11 semaines…), mais une mauvaise fin de sason régulière les a fait rétrograder progressivement, et ce sont logiquement les tenants du titre (Kansas City Chiefs) qui seront exemptés cette année; du côté NFC, les Green Bay Packers ont acquis cet avantage lors du dernier match de la saison.

Le premier tour comprend désormais 6 matchs : 3 le samedi, 3 le dimanche, avec un "mélange" AFC/NFC, ainsi qu'un mélange de chaînes TV, mais des horaires fixes (13h, 16h30, et 20h, horaires ET). À suivre plus particulièrement :
  • Indianapolis - Buffalo (AFC, premier match programmé, samedi début d'après-midi) : Les Bills ont réalisé leur meilleure saison depuis bien longtemps (bilan 13-3, saison 1991), ils joueront pour la première fois à domicile depuis la saison 1995 (!), et n'ont plus gagné de match de playoff depuis la saison 1993 !! blink (rappel: la saison dernière, il s'en est fallu d'un poil en prolongation…).
  • Chicago - New Orleans (NFC, dimanche fin d'après-midi) : Pour l'opposition de style.
  • Cleveland - Pittsburgh (AFC, dernier match de la semaine, dimanche en soirée) : Pour le retour des Browns en playoffs.
Équipes qualifiées : saison 2020-2021
RangConférence Américaine (AFC)Bilan
1
Kansas City Chiefs
14 - 2
2
Buffalo Bills
13 - 3
3
Pittsburgh Steelers
12 - 4
4
Tennessee Titans
11 - 5
5
Baltimore Ravens
11 - 5
6
Cleveland Browns
11 - 5
7
Indianapolis Colts
11 - 5
RangConférence Nationale (NFC)Bilan
1
Green Bay Packers
13 - 3
2
New Orleans Saints
12 - 4
3
Seattle Seahawks
12 - 4
4
Washington Football
7 - 9
5
Tampa Bay Buccaneers
11 - 5
6
Los Angeles Rams
10 - 6
7
Chicago Bears
8 - 8
  • Les Saints étaient donnés assez largement favoris dans ce match, et de fait ils ont dominé, même si cette domination ne s'est pas vraiment traduite en points lors de la première période, puisque la mi-temps a été sifflée sur le score de 3 - 7.

    En fait, on peut plutôt signaler la bonne défense de Chicago, puisqu'il a fallu attendre les quatre dernières minutes du troisième quart-temps pour voir New Orleans marquer son deuxième TD (3 - 14). Mais en attaque, c'était tros faible… wink (note: en fait, le score aurait pu être de 3 - 21, car le seul touchdown de Chicago a été marqué alors que l'horloge marquait 0:00, c'est-à-dire que le match était fini… roll).
  • C'est principalement grâce à leur excellente défense que les Los Angeles Rams ont construit leur victoire : le quaterback des Seahawks, Russell Wilson, a été sacké 5 fois dans ce match, qui restera l'un des plus mauvais pour lui en playoffs.
    L'une des actions marquantes a eu lieu en deuxième quart-temps : une passe de Wilson interceptée pour un touchdown de la défense qui a donné une avance de 13-3 aux Rams (puis 20-10 à la mi-temps).

    Les Seahawks étaient jusqu'à ce soir sur une série de 10 matchs de playoffs à domicile gagnés. Notons que leur dernière défaite en playoffs dans ce stade était justement contre les Rams (en 2005), qui étaient encore à Saint Louis à l'époque.
  • Ce matchup du premier tour était particulièrement difficile à anticiper : le retour de Tampa Bay (après 12 saisons d'absence…) est dû à la signature du "toujours plus vieux" rigole Tom Brady, tandis que la présence de Washington en playoffs (malgré un bilan NÉGATIF de 7-9) est à cause d'une division NFC East très faible.

    En face du vétéran Brady, Washington était obligé de recourir à leur quaterback remplaçant (ou plutôt le remplaçant du remplaçant rigole !), en l'occurrence Taylor Heinicke. Celui-ci n'a été signé que début décembre, avec seulement 8 apparitions  pour d'autres équipes avant.
    Mais il a globalement bien joué, et ses statistiques finales sont très correctes. Passe : 26-44 pour 306 yds - 1 TD - 1 INT, course : 46 yds et 1 TD. Dans ce match assez vivant (beaucoup de scoring), Heinicke a en fait été la véritable attraction fier, et l'auteur de l'action du match : une course de 8 yards pour un TD marqué par un splendide plogeon tongue dans l'embut. Cette action spectaculaire en fin de troisième quart-temps a même eu l'attention du champion en titre, Patrick Mahomes, qui a tweeté à son sujet.

    Cela a aussi amené un peu de suspense puisque cela ramenait Washington dans la course. En fait, le score au début du quatrième quart-temps était de 18 - 16 (contre 18 - 7 à la mi-temps, donc belle remontée de Washington).
    Mais cela n'a finalement pas empêché Tom Brady d'obtenir sa 31ème victoire en playoffs (42ème match), deux records NFL qu'il détient depuis longtemps. Il a même obtenu un autre record dans ce match en devenant le plus vieux joueur à lancer un TD à la passe lors d'un match de playoffs.
  • Les Buffalo Bills ont ENFIN mis fin à leur longue disette en playoffs !! rigole
    Cela faisait 25 ans siffle qu'ils attendaient cela… Leur dernière victoire en playoffs remontait au 30 décembre 1995, avec depuis une série de 6 défaites.

    L'un des tournants de ce match a eu lieu dans les dernières secondes de la première mi-temps : alors que les Colts (qui ont assez largement dominé cette mi-temps en terme de statistiques) ont échoué à augmenter leur avance (10-7), Buffalo va réussir un drive sur 96 yards au total, et SURTOUT ils décident de prendre le risque d'une quatrième tentative plutôt que d'égaliser avec un field-goal facile.
    Un risque payant, puisque le touchdown marqué à la course par leur quaterback Josh Allen leur donne un avantage de 10-14 à la mi-temps - ce qui va s'avérer déterminant quand on voit le score final… wink2

    Les Bills ont ensuite fait une seconde mi-temps plus aboutie en stats, mais les quelques 6 000 fans (autorisés pour la première fois de la saison) ont tout de même eu peur que la malédiction se poursuive lorsqu'ils ont vu leur équipe se faire rejoindre unsure en fin de match, mais cette fois-ci Buffalo a tenu.
    Il recevront à nouveau au deuxième tour, soit Pittsburgh soit le gagnant de BAL-TEN.
  • L'historique de ces deux équipes (qui sont dans la même division AFC North, et se rencontrent donc deux fois chaque année) est bien différent fier :
    • Cleveland
      • Les Browns font leur retour en playoffs après 17 saisons d'absence (c'était le record NFL). Leur dernier match disputé était en saison 2002, une défaite justement ici contre Pittsburgh.
      • Leur dernière victoire en playoffs remonte à la saison 1994 : ils avaient battu New England, avant de perdre au deuxième tour contre… Pittsburgh. Leur quaterback de ce soir, Baker Mayfield, n'est que trois mois plus tard wink2 !
      • Cleveland a perdu leurs 8 derniers playoffs à l'extérieur. En fait, leur dernière victoire à l'extérieur en playoffs date de… 1969 blink !!! À cette époque, la NFL n'existait même pas… (créée en 1970).
    • Pittsburgh
      • D'après ma base de données, sur les 12 dernières saisons, les Steelers ont disputé 14 matchs de playoffs. C'est certes loin des 24 de New England, mais à seulement 4 unités des Green Bay Packers, deuxième dans ce classement avec 18 matchs.
      • Pittsburgh a gagné les 17 derniers matchs disputés contre Cleveland dans ce stade. C'est la troisième plus longue série de victoires pour des matchs à domicile contre une seule équipe.
      • Et ils ont gagné les deux seules confrontations contre les Browns en playoffs : saisons 1994 et 2002.
    Malgré ces statistiques historiques, les Steelers ne sont que légèrement favoris, car leur fin de saison a été un peu poussive (débutée 11-0, finie 1-4), alors que les Browns ont dû se battre pour accéder à ces playoffs et sont sur une bonne dynamique.
    De toute façon, il est délicat de faire des pronostics tant il peut se passer de choses étonnantes en playoffs… cool

    Première action du match (après le coup d'envoi) : le "snap" (mise en jeu) pour Pittsburgh est trop haut et passe au-dessus du quaterback, du coup c'est un "fumble", et le ballon est récupéré par la défense de Cleveland pour un touchdown. Bon, cela peut arriver, mais malheureusement pour les Steelers le cauchemar ne fait que commencer… yikes Sur le drive suivant, leur quaterback Ben Roethlisberger est intercepté après sept actions, et cela amène un nouveau TD pour les Browns (une magnifique passe au centre de Baker Mayfield est captée par Jarvis Landry pour 40 yds, cf. photo ci-dessous).
    S'ensuit un TD "normal" (c'est-à-dire marqué sans l'aide d'un turnover), puis une autre interception de Roethlisberger qui amène encore un touchdown pour les Browns : on est à peine à la fin du premier quart-temps et le score de ce match surprenant est déjà de 28 - 0 blink !!

    Jarvis Landry TD
    NFL / Perry Knotts
    Pittsburgh doit donc réagir très vite après ce début catastrophique. Ils vont conduire deux longs drives (entrecoupés par une 3ème interception de Roethlisberger, celle-ci ne donnant heureusement pas de points supplémentaires à Cleveland) qui vont occuper la majeure partie du deuxième quart-temps, et ENFIN conduire à leurs premiers points par un TD à 1'44" de la mi-temps. Mais Cleveland reprend immédiatement leur avance grâce à un incroyable drive de 64 yards au total réalisé en 1'10" (avec les temps-morts) smile.
    Un field-goal de Pittsburgh à la dernière seconde donne finalement le score de 35 - 10 à la mi-temps. Les Cleveland Browns établissent le nouveau record NFL de points marqués en première mi-temps pour un match de playoffs à l'extérieur tongue.

    Il semble que les Steelers reviennent après la pause avec de meilleures armes : en attaque, ils marquent deux touchdowns (dont l'un non-converti), tandis qu'en défense ils bloquent les Browns sur trois drives consécutifs. À la fin du troisième quart-temps, ils ont ainsi refait la moitié de leur retard : 35 - 23.
    TOUS les drives du quatrième quart-temps (sauf un, conclu par la 4ème interception du match pour Roethlisberger) vont ensuite amener des scores (TD ou FG), MAIS alternativement par les deux équipes, ce qui fait que l'écart ne va guère évoluer jusqu'à la fin du match. Score final : 48 - 37.

    En plus de ce moment d'histoire pour les Cleveland Browns (voir début de l'article), et de leur record de points en première mi-temps, Pittsburgh a battu leur triste record (établi lors de leur précédent match en playoffs, saison 2017) de points encaissés dans un match de playoffs pour la franchise.
    Quant à Ben Roethlisberger, son 22ème match de playoffs se conclut par un impressionnant total de 501 yards à la passe, et surtout le record NFL de 47 passes complétées. Notons que cela pourrait être son dernier match NFL : âgé de 38 ans, il est certes "bien plus jeune" wink2 que Brees ou Brady, mais contrairement à eux deux, il n'a pas été épargné par les blessures dans sa longue carrière (il a d'ailleurs manqué la quasi-totalité de la saison 2019), et ce n'est pas sûr qu'il revienne pour une 18ème saison en NFL…
  • La saison dernière Tennessee avait créé la surprise en battant les Ravens à Baltimore lors du deuxième tour (divisional). Ce match complètement inversé cette année (car il est à Nashville et que les Titans sont favoris cette fois) constituait donc déjà une revanche possible… wink2

    La partie a été très défensive, donnant assez peu de grands jeux. Le moment fort cool du match est intervenu en fin de deuxième quart-temps : alors que Baltimore est mené de 7 points, leur quaterback Lamar Jackson effectue une très longue course à travers la défense des Titans, pour un touchdown qui remet les équipes à égalité à la mi-temps (10 - 10).
    Ce TD à la course de 48 yards tongue est le deuxième plus long de l'histoire pour un quaterback (derrière les 56 yds de Kaepernick pour San Francisco en 2013).

    En seconde mi-temps, et malgré que le score reste serré, on n'a pas vraiment crû à un retour possible de Tennessee (menés de 7 points après un TD des Ravens en milieu de troisième). Il faut dire que leur meilleure arme, le running-back Derrick Henry, a été bien stoppé par la défense de Baltimore puisqu'il a réalisé son pire match de la saison (18 courses pour seulement 40 yds). Pour l'équipe entière de Tennessee, c'est aussi au final le plus faible score de toute la saison. hmm
    Lamar Jackson, très critiqué ces dernières années pour son manque de victoire en playoffs, a donc ENFIN oui gagné son premier match en playoffs…

Divisional

Analyse du premier tour :
  • Ce long week-end a donné trois matchs plus intéressants que les trois autres, ainsi que trois matchs serrés (à une possession d'écart) et trois moins serrés (deux possessions d'écart). On a eu 4 victoires à l'extérieur, et bizarrement blink ce sont les mêmes "seeds" de chaque Conférence qui ont été éliminées : #3 et #4 pour les défaites à domicile, #7 à l'extérieur.
  • Le meilleur match de ce premier "Super Wildcard Week-end" (à 6 matchs) comme l'on appelé les chaînes américaines, a indéniablement été le premier, IND - BUF. C'est celui où le suspense a été le plus long, pratiquement jusqu'à la fin. On va également donner une mention spéciale à la folle première mi-temps de CLE - PITcool
  • La meilleure action de ce premier tour, on l'attribue à la plus longue action de scoring du week-end, en l'occurrence le touchdown à la course (48 yards tongue) du quaterback de Baltimore, Lamar Jackson. Mention au splendide plongeon de Taylor Heinicke (WAS).
  • En cette année spéciale COVID-19, il faut parler du public, avec des décisions différentes selon les villes (et les états). À Seattle et Washington, c'était zéro. À Pittsburgh, seulement la famille (un peu plus de 1000). Quelques milliers (seulement 5-6% de la capacité) à New Orleans et Buffalo. Enfin, seul Nashville (Tennessee) avait un peu plus ouvert les vannes, avec 14 000 fans présents (soit 20% du stade).
Présentation du second tour :
  • Après l'exception de la saison dernière (taux de 7/8), on revient à un renouvellement plus "classique" (5/8). Les 3 équipes déjà présentes à ce stade en 2019 sont les deux têtes de série #1 (GB et KC), ansi que BAL.
  • Compte tenu des éliminations similaires dans les deux conférences (voir premier paragraphe ci-dessus), il reste les mêmes seeds de chaque côté, et on aura donc les mêmes matchups cette semaine : #1 vs. #6 et #2 vs. #5. Logiquement, cela donne (sur le papier… wink2), dans chaque conférence, un match plus indécis et plus intéressant (le #5-#2), contre un match avec un large favori et (a priori) moins intéressant (le #6-#1).
  • On pourra bien sûr suivre avec intérêt le BAL - BUF en AFC : c'est seulement la 4ème fois en 30 ans que l'on aura un match de playoffs entre deux quaterbacks choisis au premier round de la même Draft (en l'occurrence 2018) : Josh Allen (BUF, choisi 7ème) et Lamar Jackson (BAL, choisi 32ème, soit juste à la limite du premier round).
  • Mais évidemment siffle, tout le monde ne parle presque que d'un seul match : TB - NO !! rigole
    Bien sûr, cela ne veut pas forcément dire que le match sera bon, mais JAMAIS un matchup n'a suscité autant d'attente (et de commentaires). En fait, on attend ce match pratiquement depuis avant le début de la saison : la signature de Tom Brady à Tampa Bay unsure, dans la même division NFC South que Drew Brees (NO), permettait non seulement deux duels assurés en saison régulière, mais SURTOUT augmentait très largement la possibilité de les voir s'affronter en playoffs oui (car avant, Brady était dans l'AFC, ils ne pouvaient donc se rencontrer QU'AU Super Bowl, ce qui n'est pas arrivé). Quelques caractéristiques de ce matchup HISTORIQUE :
    • Après 7 affrontements en saison régulière (la plupart avec des équipes différentes, les Chargers en début de carrière pour Brees, les Patriots pour Brady), dont deux cette saison, ce sera leur premier playoff commun (et peut-être le dernier, car il est probable que Drew Brees s'arrête à la fin de cette saison… sad).
    • Brady tente d'accéder à sa 14ème Finale de Conférence. Ce serait la 4ème pour Brees.
    • En plus de l'anecdotique record d'âge pour des quaterbacks en playoffs (85 ans à eux deux lol !), ce sera VRAIMENT historique car les deux futurs élus au Hall of Fame sont aussi premier et deuxième dans presque TOUS les records à la passe tongue (voir le détail au début du résumé).
  • Cette rencontre a lieu devant environ 8 000 fans, ce qui est peu par rapport aux standards habituels, mais ils font vraiment du bruit, et comme ils sont répartis dans tout le stade, on a parfois l'impression qu'ils sont 50 000 big_smile ! Néanmoins, pas de quoi s'enflammer dans le début de match, à part un FG de chaque côté, jusqu'au premier touchdown marqué par Green Bay, à l'issue d'un très long drive (14 actions, près de 8 minutes de jeu) à cheval entre la fin du premier et le début du deuxième quart-temps.

    Aaron Jones Run
    Getty Images
    Puis Aaron Rodgers parvient à marquer lui-même un touchdown à la course pour augmenter l'avantage : c'est la première fois qu'un quaterback des Packers réussit cela en playoffs depuis 1967 (Bart Starr, lors d'un match si historique qu'il a reçu un surnom, le "Ice Bowl"). Les Rams répliquent lors du drive suivant en marquant leur premier TD (une passe de Jared Goff, qui joue malgré son pouce en convalescence, opéré il y a trois semaines). Malheureusement ils ont marqué trop tôt : il reste 29 secondes, suffisant pour Rodgers pour lancer deux belles passes et permettre un field-goal qui redonne à Green Bay deux possessions d'écart à la mi-temps. 10 - 19.

    Dès la première action de retour des vestiaires, Aaron Jones s'engouffre dans la défense des Rams, et le running-back réalise une impressionnante course de 60 yards (cf. photo ci-contre) fier (!) qui met déjà les Packers à 15 yards de l'embut. Quelques actions plus tard, c'est ce même Jones qui marque le TD, et à 10 - 25, on se dit que le trou est peut-être fait, car l'attaque des Packers semble inarrêtable : ils ont marqué (soit un FG, soit un TD) sur leurs 5 possessions dans ce match. Il faut attendre le milieu du troisième quart-temps pour qu'ils soient enfin contraints au punt.
    Los Angeles débute alors une improbable remontée, avec un bon drive qui amène un touchdown, qui est en plus converti à 2-pts grâce à une tactique très ruséewink Déjà revenus à une possession (18 - 25), les Rams bloquent à nouveau les Packers et ont donc une occasion d'égaliser, mais ils n'y parviennent pas.

    Sur le drive suivant, Rodgers lance une longue passe, qui est captée par Allen Lazard pour un touchdown de 58 yards blink qui met pratiquement fin au match. Score final : 18 - 32.
    Cette victoire de Green Bay nous assure, quelque soit le résultat du match de dimanche soir (TB-NO), d'avoir un nouveau duel entre deux quaterbacks vétérans siffle, cette fois en Finale de Conférence. Notons que ce sera la première fois depuis ses débuts en tant que quaterback titulaire à Green Bay en 2008 que Aaron Rodgers aura l'occasion de disputer ENFIN une finale de Conférence à domicile (la dernière était saison 2007, Rodgers était encore remplaçant de Brett Favre, une défaite contre les Giants en prolongation, voir fiche).
  • Les deux légendes de la NFL (qui étaient dans des conférences différentes jusqu'à la saison dernière, et avaient donc moins d'occasions) se sont rencontrés 7 fois en saison régulière : 2002, 2005, 2009, 2013, 2017, et deux fois cette année (réunis dans la même division). Drew Brees (42 ans) a remporté la plupart de ces duels (5/7), mais ça ne veut pas dire grand-chose : même lors des deux victoires cette saison, il faut souligner que la première était lors de la Week 1, soit le tout premier match de Tom Brady (43 ans) avec sa nouvelle équipe.
    L'important, c'est que ces deux quaterbacks se partagent (1er et 2ème) les records NFL de passes en carrière tongue (saison régulière seulement; en playoffs, Brady a évidemment beaucoup plus de matchs…) :
    Sean Murphy-Bunting INT
    NFL / Logan Bowles
    • Passing yards : Drew Brees 80 358, 1 154 devant Brady.
    • Passing touchdowns : Tom Brady 581, 10 devant Brees.
    • Passes complétées : Drew Brees 7 142, 364 devant Brady.
    Le match débute assez lentement, sans beaucoup d'actions offensives, ce sont surtout les défenses que l'on voit à l'œuvre. En fait, sur l'ensemble du premier quart-temps, et à part les field-goals marqués, la plus belle action reste le joli punt return de Deonte Harris (NO) sur 54 yards (note: il sera malheureusement blessé plus tard…).
    C'est au deuxième quart-temps que les choses commencent à évoluer, car non seulement Drew Brees est intercepté, mais en plus Sean Murphy-Bunting retourne cette interception (cf. photo ci-contre) sur 36 yds (à 3 yds de l'embut), et il ne suffit que d'une petite passe de Brady pour que Tampa Bay marque le premier touchdown du match par Mike Evans. 10 - 6.

    Sur le drive suivant, Sean Payton, le coach de New Orleans, appelle un jeu "surprise" : Brees est sorti, remplacé pour cette action par Jameis Winston, et après un "double-flip" ce dernier lance une bombe captée par Tre'Quan Smith, qui est inexplicablement tout seul blink au milieu du terrain, et qui file facilement pour un touchdown (de 56 yards au total) qui redonne la tête du match aux Saints. La dernière possession du deuxième quart-temps (13 actions en 2'30" avec les temps-morts) permet aux Bucs de marquer un FG égalisateur, et le score à la mi-temps est donc de 13 - 13.
    Les statistiques en attaque ne sont pour l'instant pas géniales pour les deux équipes (total TB 143 yds, total NO 171 yds), et en particulier les deux quaterbacks vedettes sont sur des chiffres largement en-dessous de leurs standards : Brady est à 10/21, 93 yds, 1 TD (rating 76.1), Brees est à 10/17, 63 yds, 1 INT (rating horrible de 42.0). Pour info, un rating "correct" est de l'ordre de 110-120, le "parfait" est à 158. neutral

    Drew Brees
    NFL / Logan Bowles
    La première possession de la seconde mi-temps se termine par une passe précise de Drew Brees (16 yds), qui est captée dans l'embut par Tre'Quan Smith, à la limite de la ligne de touche, une splendide réception qui lui offre son deuxième touchdown personnel dans ce match et permet à New Orleans de reprendre l'avantage. Après une bonne phase défensive qui bloque les Buccaneers, on se dit que les Saints pourraient accroître cet avance et peut-être faire le trou, mais la défense de Tampa Bay provoque un fumble, et ce deuxième turnover de la partie contre New Orleans permet à Tom Brady de lancer une petite passe pour un touchdown de Leonard Fournette.

    On entre dans le dernier quart-temps, et le match est toujours aussi indécis, avec ce score à égalité 20 - 20. Sur le drive suivant des Buccaneers, Brady réussit deux belles passes : une vers Tyler Johnson pour 15 yds, et surtout une vers Scotty Miller pour un gain de 29 yards, seule passe complétée pour plus de 20 yds dans ce match. Néanmoins, Tampa Bay est ensuite bloqué et doit se contenter d'un field-goal pour un avantage 23 - 20 qui ne semble pas suffisant avec encore 10 minutes à jouer.
    Mais ce sont encore les turnovers qui vont décider de l'issue de la rencontre… roll
    En effet, sur deux possessions sucessives, Drew Brees est intercepté les deux fois mad !! La première amène un touchdown marqué à la course par Tom Brady lui-même, tandis que la deuxième permet aux Bucs de "manger" tout le temps restant (4'17") ainsi que les temps-morts, clôturant ainsi le match. Score final : 30 - 20.

    Le duel entre les quaterbacks légendaires n'a pas été à la hauteur des espérances : leurs statistiques COMBINÉES correspondent en fait à ce qu'ils pourraient faire l'un OU l'autre dans un de leur très bon match… siffle Les turnovers ont été décisifs : les trois premiers ont été convertis en TDs pour Tampa Bay et le dernier a été fatal aux Saints.
    Drew Brees (cf. photo de gauche ci-dessus) espérait sans doute mieux pour ce qui pourrait être son dernier match en NFL, de même que les 3 700 fans autorisés ce soir : la dernière fois qu'il a lancé 3 interceptions remontait à la saison 2016 (déjà contre TB). Malgré le fait qu'il a encore un an de contrat, le quaterback a clairement indiqué qu'il devrait prendre sa retraite après cette saison… hmm
  • Sur le papier, ce match est le plus déséquilibré du week-end, les Chiefs sont donnés gagnants à plus de 81% (par rapport à deux matchs qui sont en-dessous des 55% en pronostics, et le troisième vers 65%). Bien sûr, Cleveland n'était pas non plus favori la semaine dernière à Pittsburgh, et pourtant ils ont créé la surprise. Mais ce sont SURTOUT les Steelers qui ont perdu cette rencontre, en concédant 5 turnovers, ce qui fait que la majorité des points marqués par les Browns l'ont été suite à ces erreurs de Pittsburgh. Il est bien peu probable que cela se produise ce soir face aux tenants du titre. roll

    Travis Kelce TD
    AP / Reed Hoffmann
    Le début de match semble confirmer ces pronostics largement en faveur des Chiefs : sur leurs deux premières possessions, ponctuées chacune par une belle action (une passe de 26 yds dans la première, et une pour un gain de 42 yds dans la seconde), ils marquent un touchdown à chaque fois, le premier par une petite course de leur quaterback Patrick Mahomes (MVP de la saison dernière), le deuxième par une passe du même Mahomes vers le TE Travis Kelce (cf. photo ci-contre).

    De leur côté, les Browns se sont contentés d'un field-goal, et on est déjà vers la fin de la mi-temps lorsqu'ils parviennent enfin à bien progresser sur le terrain, grâce à plusieurs belles passes de Baker Mayfield (en particulier 26 et 23 yds). Ils arrivent ainsi à 26 yards de la ligne d'embut adverse, peu après le temps-mort du "2' warning".
    Et c'est alors qu'a lieu l'action controversée du match : Mayfield lance à nouveau une longue passe, qui est captée par Rashard Higgins, lequel est sur le point de marquer le TD en plongeant vers l'embut blink, mais le défenseur Daniel Sorensen vient le heurter, ce qui lui fait lâcher le ballon, qui file dans l'embut puis hors du terrain.
    La règle, qui ressemble ici à une sorte de "double-punition" pour l'attaque, stipule dans ce cas que c'est non seulement un fumble, mais également un touchback, ce qui rend le ballon aux Chiefs sur leurs 20 yards (les Browns ont donc perdu la possession + 20 yds… sad). Mais en plus, la vidéo montre clairement que Sorensen a percuté Higgins avec le casque en avant, ce qui est une faute flagrante yikes : or, les arbitres ne l'ayant pas signalée, la révision vidéo ne s'applique qu'au fumble lui-même (qui est confirmé). C'est un peu idiot, et frustrant pour Cleveland… hmm

    Kareem Hunt TD
    NFL / Alika Jenner
    La mi-temps est sifflée après que Harrison Butker (qui a battu au deuxième quart-temps le record des Chiefs pour un FG en playoffs, avec 50 yds) marque un autre field-goal et porte le score à 3 - 19.
    Les choses ne semblent pas s"arranger pour Cleveland au début du troisième quart-temps puisque Baker Mayfield est intercepté dès le premier drive des Browns, mais heureusement cela ne leur coûte pas de points, car Butker manque cette fois le FG (qui tape le poteau).
    La remontée commence lors du drive suivant, où Cleveland marque un touchdown par Jarvis Landry. Et sur la possession suivante, Patrick Mahomes, déjà un peu handicapé par une blessure au pied, subit un gros choc. Il est sonné, a visiblement du mal à tenir debout, et il est envoyé en "protocole concussion", d'où il ne reviendra pasneutral
    Kansas City va donc devoir finir le match (il reste quand même un tiers du temps) sans leur joueur vedette, remplacé au poste de quaterback par Chad Henne. Un nouveau FG leur permet néanmoins de conserver une bonne marge (10 - 22).

    Un TRÉS long drive (18 actions, 8'17" !! tongue), étendu deux fois par des 4èmes tentatives réussies, et qui se termine par un TD à la course de Kareem Hunt (cf. photo de gauche ci-dessus), permet à Cleveland de couper cet écart à 5 points (17 - 22). Le "momentum" semble désormais du côté des Browns, d'autant que Chad Henne est intercepté sur le drive suivant, et Cleveland récupère le ballon avec encore 8 minutes à jouer. Mais la défense de Kansas City tient bon, laissant ensuite à son attaque s'assurer que Cleveland ne récupèrera pas de possession. Après avoir fait tourner le chrono (et épuisé les temps-mort de Cleveland), les Chiefs se retrouvent sur une 3ème&14 au moment du 2' warning : sur cette action déjà décisive, Chad Henne court lui-même pour un gain de 13 yards unsure ! C'est donc une 4ème&1 : pas question de punter et de rendre le ballon aux Browns, il faut la tenter…
    Et alors que tout le monde attend une petite course en force pour gagner ce yard (qui mettra fin au match puisque Cleveland n'a plus de temps-mort et qu'il ne reste que 1'14" sur l'horloge), le coach Andy Reid appelle une passe sur la droite fier !! Laquelle est captée par Tyreek Hill, score final : 17 - 22.
    Les Kansas City Chiefs seront la première équipe en AFC à recevoir une Finale de Conférence 3 fois de suite (défaite en 2018, en prolongation, et victoire en 2019, avant de remporter le Super Bowl). C'est arrivé une fois en NFC : c'était Philadelphie entre 2002 et 2004, et le coach était déjà… Andy Reid ! hmm
  • Ce match, disputé devant 6 700 fans privilégiés, est l'occasion pour l'une des deux équipes d'atteindre de nouveau la Finale de Conférence, à laquelle ils n'ont pas participé depuis longtemps : c'était lors de la saison 2012 pour Baltimore (avec plus tard la victoire au Super Bowl), et surtout lors de la saison 1993 unsure pour Buffalo. Les conditions météo ne sont pas clémentes : environ -1°C et BEAUCOUP de ventneutral
    C'est peut-être à cause de ce vent fort que le kicker de Baltimore, Justin Tucker, pourtant réputé comme étant l'un des meilleurs, manque deux field-goals (pourtant inférieurs à 50 yds) successivement. Fait amusant : le premier tape le poteau gauche, tandis que le deuxième tape le poteau droit rigole !! Aucun ne rebondit du bon côté, un vrai manque de chance. Il finit par en marquer un en fin de deuxième quart-temps, alors que Buffalo a également marqué un FG au premier quart-temps (et en a aussi raté un).

    Cette mi-temps a vraiment été un festival de "ratés" des deux côtés sad : à part ces trois FGs manqués, on a eu un grand nombre de passes non-complétées, et le score de 3 - 3 est le 4ème plus faible pour une première mi-temps en playoffs depuis 2000.
    Au retour des vestiaires, Buffalo construit un long drive (11 actions, 5'31"), en utilisant plus de courses que lors de la première mi-temps, et c'est payant puisque cela aboutit au premier touchdown du match. Dès la possession suivante, c'est au tour de Baltimore de réaliser un long drive (15 actions, 8'48") qui consomme en fait presque tout le temps restant au troisième quart-temps. Ils progressent ainsi jusqu'aux 10 yards adverses, et on se dit que l'égalisation est proche…

    Mais lors de la troisième tentative, Lamar Jackson est intercepté dans l'embut par le cornerback Taron Johnson, qui en plus échappe à tout le monde et court jusqu'à l'opposé du terrain fier !! C'est un touchdown sur interception de 101 yards tongueoui !!! Il égale ainsi le record NFL en playoffs, établi par George Teague (GB) en 1993.
    Deux actions plus tard, la tête de Lamar Jackson heurte violemment le sol, et il est logiquement "out sur protocole concussion". C'est donc son remplaçant qui mène les Ravens pendant tout le quatrième quart-temps, et il réalise de bonnes choses, mais dans ce match très défensif plus rien ne sera marqué. Score final : 3 -17.

Conférence

Analyse du deuxième tour :
  • Comme il y a eu une victoire à l'extérieur (celle de Tampa Bay), ce ne sera encore pas cette année où nous verrons les deux meilleures équipes (#1 et #2) de chaque Conférence s'affronter dans les DEUX Finales. Rappelons que depuis le début des années 2000, ce n'est en fait arrivé que deux fois : saisons 2015 et 2018.
    Notons également qu'à cause du nouveau format, le cas risque d'être encore plus rare : en effet, le fait que les équipes #2 doivent maintenant disputer les wildcards (premier tour) ajoute en fait une opportunité supplémentaire pour qu'elles se fassent éliminer prématurémentfier
  • Contre toute attente, le meilleur match du deuxième tour est aussi celui qui était considéré comme le plus déséquilibré avant le week-end : CLE - KC. C'est le seul qui se soit terminé à une seule possession d'écart (5 pts), et la blessure de Mahomes a pu faire croire au retour de Cleveland presque jusquà la fin. wink
    On pourrait dire qu'il y a aussi eu du suspense dans le TB - NO (égalité au début du quatrième quart-temps), mais le sentiment qui prédomine au sujet de ce match, c'est une légère déception à cause des performances en demi-teinte de Brady et Brees. neutral
  • Pour ce qui est de la meilleure action du week-end, il n'y a pas photo cette fois : c'est évidemment le fabuleux retour d'interception de 101 yards blink tongue réalisée par Taron Johnson (BUF). En plus du record NFL en playoffs égalé pour une telle action, celle-ci a été un moment fort du match, consolidant l'avantage des Bills.
Présentation des Finales de Conférence :

Green Bay et Kansas City, qui sont également les têtes de séries #1 de chaque conférence cette saison, étaient déjà présentes à ce stade des Finales la saison dernière. Leurs adversaires ont eu un destin bien différent ces dernières années, puisqu'ils font leur retour en playoffs (et donc en Finale) depuis bien longtemps…
  • Conférence Nationale (NFC)
    • Les Green Bay Packers atteignent leur 4ème Finale de Conférence en 7 saisons, mais ce sera la première à Lambeau Field depuis la saison 2007, où ils avaient perdu en prolongation contre les Giants.
      Depuis leur victoire au Super Bowl XLV (saison 2010), les Packers n'ont plus participé au grand match, perdant successivement à Seattle, Atlanta et San Francisco lors des Finales NFC ces dernières saisons.
    • Pour les Tampa Bay Buccaneers, c'est leur première Finale de Conférence depuis la saison 2002 unsure. Ils avaient atteint (et remporté) le Super Bowl cette saison-là, le seul de l'histoire de la franchise. En cas de victoire ce dimanche, les Buccaneers seraient la première équipe à accéder à un Super Bowl en n'étant PAS dans les quatre meilleures équipes de leur conférence depuis justement les Packers en 2010 (#6).
    • Quaterbacks : Tom Brady (43 ans) va jouer sa 14ème blink Finale de Conférence (la première en NFC). Il en a gagné 9 (puis 6 SBs). De son côté, Aaron Rodgers (37 ans) joue sa 5ème Finale. Il a gagné la première (puis le Super Bowl, saison 2010), puis perdu (à l'extérieur) les 3 suivantes (dont la saison dernière).
      Ce sera seulement la 4ème fois que les deux se retrouvent (la première fois en playoffs). À chaque fois, c'est l'équipe qui était à domicile qui s'est imposée : GB en 2014, NE en 2018 et TB en 2020.
  • Conférence Américaine (AFC)
    • Les Kansas City Chiefs joueront leur 3ème Finale de Conférence à domicile consécutive. C'est la première fois que cela se produit en AFC (et une seule fois en NFC). D'autre part, c'est déjà arrivé 11 fois que l'équipe tenante du titre héberge une Finale la saison suivante, et le bilan est de 10-1 pour ces équipes (la seule à avoir perdu était les 49ers en saison 1990).
    • De leur côté, les Buffalo Bills reviennent en Finale AFC pour la première fois depuis la saison 1993. C'était la fin de leur fameuse série record de 4 Super Bowls perdus d'affiléemad (1990-1993). Leur bilan de 0-4 en SB égale celui des Vikings, sauf que pour Buffalo c'était à la suite.
  • Dès la première possession du match, Tom Brady s'illustre par une belle passe (27 yds) captée par Mike Evans, lequel en réceptionne une autre un peu plus tard pour un touchdown de 15 yards. Il faut ensuite attendre le tout début du deuxième quart-temps pour que Green Bay revienne à hauteur. Au début de la possession, Aaron Rodgers, acculé dans son embut, se sort de cette position difficile grâce à une passe en profondeur vers Lazard (23 yds), puis une autre de 15 yds, et enfin une magnifique passe oui qui traverse une bonne partie du terrain pour atterir dans les mains de Marquez Valdes-Scantling, lequel file vers l'embut pour un touchdown impressionnant de 50 yards unsure !!

    Chris Godwin Catch
    NFL / Ryan Kang
    Ce TD augmente le record établi cette saison par les Packers : 235 points marqués dans les deuxièmes quart-temps (en incluant les matchs de playoffs, donc aujourd'hui compte), c'est le plus gros total dans n'importe quel quart-temps, sur n'importe quelle saison passée… wink2
    Tom Brady réplique dès le drive suivant en lançant lui-aussi une passe profonde de 52 yards tongue, captée à la limite par Chris Godwin (cf. photo ci-contre). Cela amène un touchdown à la course de Leonard Fournette sur l'action suivante : une jolie course en zigzaguant entre les défenseurs sur 20 yds. Et Tampa Bay reprend la tête 14 - 7.
    Après ces grosses actions offensives de chaque côté, on entre dans une période plus calme (actions plus courtes) : le drive suivant des Packers dure 15 actions (et consomme 7"25"), jusqu'à ce qu'ils soient finalement bloqués sur les 10 yards adverses et doivent se contenter d'un field-goal (14 - 10).

    Après une bonne défense, Green Bay a une nouvelle occasion de marquer avant la mi-temps, ils débutent ce qui est censé être le dernier drive juste avant le 2' Warning (2'10"). Et ils progressent bien, arrivant vers le milieu du stade avec encore 38" sur l'horloge (suffisant, avec leurs 2 temps-morts restants, pour gagner un peu de terrain et marquer un FG). Mais c'est alors que débute une séquence d'actions assez étonnante :
    • d'abord Rodgers est sacké, ce qui fait perdre 7 yards, et du coup l'espoir de field-goal est moins grand.
    • puis sur l'action suivante il est intercepté par Sean Murphy-Bunting. Note : Aaron Rodgers n'a subi que 6 interceptions sur l'ensemble de la saison; sur ce total, c'est la 3ème de la part de l'équipe de Tampa Bay… hmm
    • le ballon est donc rendu aux Buccaneers avec 25" à jouer. En trois petites passes de Brady (dont la dernière sur 4ème tentative), ils parviennent à dépasser la ligne médiane, MAIS à 39 yds ils sont trop loin pour tenter un FG.
    • comme il ne reste que 8 secondes au compteur, impossible de faire plus d'une action, donc on suppose un punt (ou un genou à terre) pour siffler la mi-temps sur ce score, mais à la place Tom Brady lance une bombe en direction de Scotty Miller, qui bat son défenseur en vitesse pure et capte la balle directement dans l'embut !! Comme le disent alors les commentateurs : "it's hard to believe…". blink
    Cameron Brate TD
    NFL / Todd Rosenberg
    Ce touchdown surprise à la dernière seconde (39 yds) donne un score de 21 - 10 à la mi-temps, et choque un peu les quelques 7 000 fans autorisés à assister à cette Finale de Conférence, lesquels ont bravé le froid (-3°C, de la neige à l'extérieur du stade) pour assister enfin de nouveau à une Finale à domicile.
    Et le match a été assez agréable jusque-là, avec en particulier 6 actions de plus de 20 yds (4 TB + 2 GB). Il est juste un peu dommage que ce dernier TD donne un écart plus grand qu'il ne devrait l'être.
    Et cela ne s'arrange pas pour Green Bay : dès la troisième action de la seconde mi-temps, ils commettent un fumble et Tampa Bay se retrouve déjà à 8 yards de l'embut… Brady trouve Cameron Brate totalement démarqué (cf. photo ci-contre) pour étendre l'avance de son équipe (28 - 10, avec 14 pts marqués sur turnovers adverses).

    On se dit que le trou est fait, que Tampa Bay a pris le contrôle de la partie, mais Green Bay va progressivement revenir… Un premier TD de Robert Tonyan, puis Tom Brady est intercepté, ce qui constitue en soi un évènement : c'est la première à l'extérieur depuis 393 passes tentées, une série record depuis 1948 cool ! Un nouveau long drive permet aux Packers de réduire un peu plus l'écart par un autre TD (non converti), et au début du dernier quart-temps le suspense est (un peu) revenu : 28 - 23.
    Brady est ensuite intercepté à nouveau, pas une mais deux fois (et ça fait donc 3 consécutives mad !!), mais là, les Packers ne profitent pas des occasions offertes : à chaque fois, c'est un "3 & out" (aucune progression)… C'est donc une succession d'espoirs et de déceptions pour le public.
    Finalement seul un FG sera marqué de chaque côté (celui de Green Bay à 2 minutes de la fin ayant été critiqué pour manque d'ambition…).
    Score final 31 - 26.
    Aaron Rodgers, qui avait un bon bilan en playoffs à domicile de 5-2 (avec victoire sur les 4 derniers), mais un mauvais bilan en Finale de Conférence (1-3), toutes à l'extérieur, se retrouve avec 5-3 et 1-4. Quant à Tom Brady, c'est une nouvelle équipe mais toujours la même destination : le Super Bowl ! rigole
  • Il fait +4°C ce soir, une température plutôt clémente pour la saison. Il faut dire que Kansas City est la ville la plus à l'ouest parmi les 4 finalistes, même si elle est située au centre du pays, et qu'il fait évidemment plus chaud dans le sud (à Tampa Bay). En fait, dès le tour précédent, seuls les Rams représentaient l'Ouest du pays, ces playoffs 2020 étaient très orientés vers l'Est.
    Notons également que la "jauge spectateurs" est fixée à 17 000, ce qui est DE LOIN la plus forte affluence neutral permise dans ces playoffs de pandémie. Alors, certes les DEUX niveaux du stade sont utilisés (ce qui permet une meilleure répartition que sur seulement le niveau bas), mais il me semble que ce nombre est un peu trop grand (note: je ne connais pas encore la jauge qui sera appliquée pour le Super Bowl; pour un tel match, une jauge "large" ne me choquerait pas, mais au-delà de 15-20 000, cela devient irresponsable…).

    Mecole Hardman TD
    NFL / Alika Jenner
    À la différence de la Finale NFC qui oppose deux quaterbacks vétérans (Brady Rodgers), cette Finale AFC oppose deux JEUNES quaterbacks (<= 25 ans), ce qui ne s'était produit qu'en 1979. La semaine a été REMPLIE de commentaires sur Patrick Mahomes et son "concussion protocol" (vérification commotion cérébrale) du match précédent : il a finalement été déclaré "apte", et joue avec sa légère blessure au pied, qui est compensée par une chaussure orthopédique spécifique.

    Dans le premier drive, les Bills prennent déjà le risque de tenter une 4ème tentative, laquelle est convertie, et permet un peu plus tard d'ouvrir le score par un field-goal de 51 yards : cela bat le record établi la semaine dernière pour un FG dans ce stade (51 > 50). Après avoir contraint Kansas City à punter, les Bills sont eux-aussi contraints au punt (dégagement), mais la réception de ce punt échappe à Mecole Hardman et Buffalo récupère donc son propre punt (ce qui signifie qu'au lieu de dégager, ils continuent en attaque en excellente position). Cela mène au premier touchdown du match, non converti à deux points. 9 - 0.
    Les Chiefs réagissent par un bon drive (14 actions), avec eux-aussi une 4ème tentative réussie, et qui se termine par un touchdown de Mecole Hardman (cf. photo de droite ci-dessus), qui se rachète du coup de son erreur sur le punt ci-dessus.
    La première action de la possession suivante pour Kansas City est une splendide course du MÊME Hardman, qui s'échappe sur le côté (cf. photo de gauche ci-dessous) pour un gain de 50 yards unsure ! En quelques actions, il est déjà devenu l'homme du matchfier

    Mecole Hardman Run
    NFL / Alika Jenner
    Cela place les Chiefs en bonne position, et quelques actions plus tard ils prennent la tête par un nouveau touchdown (petite course de Darrel Williams). Cela fait donc deux TDs en 4'41 (9 - 14), et Kansas City va enfoncer le clou en marquant encore sur une troisième possession consécutive (alors que Buffalo est réduit à punter pour la troisième fois de suite).
    Après un FG marqué par les Bills en fin de quart-temps, cela donne le score de 12 - 21 à la mi-temps, et même si l'avance n'est pas irrémédiable, on sent bien que Kansas City a désormais ce match en main.

    La seconde mi-temps commence par un field-goal marqué de chaque côté, ce qui ne change rien, mais consomme déjà les deux-tiers du troisième quart-temps. Lors du drive suivant, sur une passe anodine de Mahomes vers Tyreek Hill, celui-ci zigzague entre les défenseurs après la réception et porte ainsi la balle jusqu'aux 4 yds (un gain de 71 yards blink !!). Le touchdown est marqué par Travis Kelce quelques actions plus tard (une petite passe à la cuillière, cf. photo de droite ci-dessous), et l'écart est désormais conséquent : 15 - 31.

    Travis Kelce TD
    NFL / Aaron Doster
    Les Bills progressent ensuite bien sur leur possession, puisqu'ils parviennent aux 20 yds adverses, alors qu'on est maintenant entrés dans le dernier quart-temps.
    Mais c'est alors que Josh Allen est intercepté hmm !! C'est sa première passe interceptée en playoffs depuis le début de sa jeune carrière, après 155 passes lancées. Sa série s'interrompt donc ce soir à seulement 8 passes du record, détenu par… Patrick Mahomes (163), qui a quant à lui achevé sa série lors du Super Bowl LIV la saison dernière.

    Avec un nouveau touchdown de Travis Kelce, qui réalise au passage son 5ème match de playoffs à plus de 100 yds en réception, ce qui constitue un record pour un TE, les Chiefs se mettent a priori à l'abri (15 - 38), même s'il reste la moitié du quart-temps à jouer. Buffalo parvient néanmoins à marquer un TD, puis réalise l'exploit de réussir un "onside kick" : c'est la première fois que cela arrive en playoffs depuis la saison 2014 (0 sur 20 tentés depuis) - il faut dire que la règle a un peu changée, rendant cette action encore plus difficile que par le passé roll. Les Bills reviennent encore un peu plus au score grâce à un FG (encore de 51 yds), mais Kansas City n'a plus qu'à manger le temps restant pour pouvoir aller défendre leur titre au SB LV. 24 - 38.

Super Bowl

Retour sur les Finales de Conférence :
  • Les deux Finales ont été plutôt agréables à regarder, avec plusieurs belles actions des deux côtés dans chaque match oui. Néanmoins, malgré des scores assez proches en fin de partie, le suspense a été assez faible dans les deux cas. En NFC, le touchdown surprise de Tampa Bay dans les dernières secondes de la première mi-temps a certainement donné un coup au moral des Packers (et l'écart final n'étant que de 5 points, ils auraient pu mieux se battre en seconde mi-temps sans ce touchdown). En AFC, les actions d'éclat des deux tight-end vedettes de Kansas City (Hill et Kelce) ont permis de faire le trou dans le troisième quart-temps.
  • Le drive des Buccaneers réalisé en 25 secondes en fin de mi-temps est probablement le moment décisif de la première finale. Mais l'action la plus longue du week-end est la réception de Tyreek Hill, et SURTOUT la course après la réception qui a donné un gain total de 71 yards tongue pour les Chiefs, suivi d'un TD de Kelce un peu plus tard.

Présentation du Super Bowl LV


Le fait le plus commenté juste après la fin de la Finale NFC, ce n'était PAS le n-ième retour de Tom Brady dans un Super Bowl (mais avec une nouvelle équipe wink). Un FAIT INÉDIT est venu quelque peu eclipser cela : ce sera en effet la première fois dans l'histoire que l'une des équipes présentes au "Big Match" jouera À DOMICILE cool, dans leur propre stade, en l'occurence le Raymond James Stadium de Tampa Bay, Floride.
Les 54 précédents SBs ont été disputés sur 25 stades différents, situés dans 15 villes/agglomérations différentes, et jamais une équipe n'a eu l'occasion de le jouer chez eux (plus exactement dans LEUR stade).

Super Bowl LV
Rappelons que les lieux sont décidés entre 3 et 5 ans en avance, selon un cahier des charges assez strict, en terme d'infrastructure mais également de climat. C'est pourquoi les villes n'ont PAS de chances égales : le Super Bowl est le plus souvent joué dans les villes du Sud wink2, où les températures sont plus clémentes en février (minimum 10°C de moyenne). C'est ainsi que Miami (11), New Orleans (10) et Los Angeles (7) concentrent à elles trois plus de la moitié des SBs (28/54). Les seules villes du Nord à avoir été choisies sont celles avec un stade couvert (Detroit, Minneapolis, et Indianapolis), avec l'exception notable de New York il y a quelques années (où ça s'est bien passé malgré le froid, mais il n'est pas sûr que la NFL renouvellera l'expérience… roll).
Notons également que le hasard a fait que nous sommes sur une saison paire, et que donc l'affiche officielle est cette année "AFC - NFC" (le vainqueur NFC est considéré comme l'équipe à domicile), ce qui tombe bien pour Tampa Bay. Cela leur donne l'avantage de pouvoir jouer avec leur maillot habituel oui (et d'avoir le vestiaire habituel). Si on avait été sur une saison impaire, ils auraient dû jouer avec leur maillot blanc.

Bien sûr, l'avantage d'être à domicile a été moins important pendant toute la saison, à cause de la COVID-19, et ce sera encore le cas pour le Super Bowl. Environ 22 000 spectateurs seront autorisés (sur une capacité maximale de 75 000), avec masques obligatoires. Il restera pour les joueurs de Tampa Bay l'avantage de ne pas avoir d'avion à prendre pour se rendre sur place, et de savoir précisemment où se trouvent les membres de leurs familles dans le stade.
Ce sont également les conditions sanitaires qui ont forcé la NFL à annuler hmm l'ensemble des évènements qui ont traditionnellement lieu pendant la semaine précédant le Super Bowl : le pro-Bowl de dimanche dernier bien entendu, mais aussi toutes les conférences de presse, et les différentes zones de jeu pour les enfants. Rappelons que sur les 256 matchs de la saison régulière, aucun n'a été annulé, et seuls une dizaine ont été décalés pour cause de Covid.
Il semble aussi que pour la première fois, le total des paris va baisser cette année : d'environ 20% selon une estimation.
En tout cas, on attend beaucoup de points dans ce match, de la part de deux attaques prolifiques siffle. Les Buccaneers ont marqué plus de 30 points lors des six derniers matchs (avec une moyenne de 35.7), alors que les Chiefs ont une moyenne de plus de 25 points sur cette même période. Quelques infos supplémentaires :
  • Quaterback : Tom Brady (TB) augmente son record en participant à son 10ème fier Super Bowl, avec un bilan de 6-3 jusqu'à présent. Mais ce sera avec une autre équipe que New England : c'est le 4ème QB à débuter un SB avec deux équipes différentes. Pour Patrick Mahomes (KC), c'est son deuxième, et consécutif (victoire la saison dernière, donc bilan 1-0). À 25 ans, il est déjà considéré comme un futur grand et peut-être le successeur de Brady. Notons que pendant sa courte carrière (3 saisons), Mahomes n'a perdu qu'un seul des matchs de playoffs auxquels il a participé : c'était lors de la Finale AFC de la saison 2018, battu par Brady wink en prolongation (à l'époque à New England).
  • Patrick Mahomes / Tom Brady
    History : Si Brady est un habitué à ce stade de la compétition, ce n'est pas le cas de sa nouvelle équipe. Tampa Bay n'a disputé qu'un seul autre Super Bowl, qu'ils ont remporté (SB XXXVII, saison 2002). Kansas City est plus ou moins dans la même situation (bilan général 2-1), puisque si on enlève les deux participations qui datent d'avant 1970, ils ont juste disputé (et gagné) le Super Bowl de l'année dernière. Ils tentent donc de faire le "doublé" cette année, les derniers à l'avoir fait étant les New England Patriots (avec Brady), saisons 2003 et 2004.
  • Parcours : Les deux équipes sont arrivées ici selon un chemin totalement inversé. Les Kansas City Chiefs étaient la tête de série #1 de leur conférence, donc seule équipe AFC exemptée de premier tour, puis deux matchs à domicile (Cleveland, Buffalo). À l'inverse, les Tampa Bay Buccaneers (#5 en NFC) ont dû passer par le tour wild-card, et trois matchs à l'extérieur (à Washington, à New Orleans et à Green Bay). En fait, les Bucs sont sur une série (record de franchise) de 8 victoires consécutives à l'extérieur (depuis la Week 6)… unsure
  • Coachs : Les deux coachs ont une certaine expérience puisqu'ils ont tous les deux plus de 60 ans. Bien sûr, Andy Reid (KC) est plus connu, et il a enfin obtenu le titre suprême l'année dernière, avec désormais un bilan de 1-1 au SB. Mais Bruce Arians (TB), qui a commencé sa carrière en tant qu'assistant à Kansas City wink en 1989, a déjà à son actif deux titres de "Coach of the Year" (avec Indianapolis en 2012, Arizona en 2014). Il dirigera ici son premier Super Bowl.
  • Anecdote : cette année de pandémie semble avoir bien réussi aux équipes sportives de l'agglomération de Tampa Bay… rigole En effet, les Buccaneers sont la troisième équipe de Tampa Bay à participer à une finale de sport majeur aux USA cette année : avant eux, les Lightning ont remporté la Stanley Cup (hockey) et les Rays ont perdu la finale des World Series (baseball).

Conclusion


Super Bowl LV : Tampa Bay Buccaneers
NFL / John Biever
En mars dernier, beaucoup s'interrogeaient sur le risque élevé que Tom Brady prenait dans sa fin de carrière en rejoignant une équipe qui n'avait plus atteint les playoffs depuis 13 ans, n'avait plus gagné un match de playoff depuis près de deux décades et possédait le pire pourcentage de victoire de toute la ligue (0.393)… neutral
Et 11 mois plus tard, Tampa Bay remporte le deuxième Super Bowl de son histoire (après la saison 2002), devenant la 4ème équipe à le faire en étant wild-card à l'extérieur (les derniers étant les Packers saison 2010), et aussi la 4ème à le faire en étant #5 ou #6 depuis 1990. En fait, depuis leur défaite contre ces mêmes Chiefs en semaine 12, les Buccaneers ont terminé la saison sur une série de 8 victoires consécutives cool (4 en saison régulière, 4 en playoffs).

Pour mieux mesurer "l'effet Brady", il faut remarquer que les trois joueurs qu'il a lui-même fait venir à Tampa Bay pour l'aider (le tight-end fraîchement retraité Rob Gronkowski, le receveur Antonio Brown, et le running-back Leonard Fournette) ont TOUS TROIS marqué un touchdown dans ce Super Bowl (deux TDs pour Gronk). N'oublions pas d'associer à ce renouveau des Buccaneers leur general manager, Jason Licht. En effet, c'est quand même lui qui signe les contrats (et en premier lieu celui de Brady), et on peut ajouter à la liste ci-dessus le kicker Ryan Succop, qui a marqué le field-goal et les trois transformations, ce qui fait que ce sont finalement l'INTÉGRALITÉ des 31 points qui ont été marqués par des joueurs engagés par Licht cette année tongue !!

Tom Brady MVP
NFL / John Biever
En ce qui concerne les Kansas City Chiefs, ils deviennent la 3ème équipe de l'histoire à n'avoir pas marqué de touchdown dans un Super Bowl (après les Dolphins au SB VI et les Rams au SB LIII). Patrick Mahomes, qui ambitionnait de revenir à 4 unités de Brady, se retrouve finalement à un Super Bowl de plus de retard. Il a été sacké trois fois, et intercepté deux fois (la deuxième est anecdotique, mais la première au troisième quart-temps a presque tué le match… hmm). C'est la première fois de sa carrière que les Chiefs terminent un match sans touchdown, et aussi la première fois qu'il perd un match de plus de 8 points (il faut dire que c'est aussi la première fois depuis qu'il en est le quaterback que Kansas City ne marque pas au moins 10 points).
Bien sûr, Mahomes n'est pas le seul responsable de la débâcle. Les pénalités (toutes justifiées, même si une ou deux étaient généreuses) ont coûté cher : le total de 120 yards sad est le 3ème plus élevé dans un Super Bowl. Et Tyreek Hill, Travis Kelce et Darrel Williams ont chacun laissé échapper des balles, qui plus est à des moments importants de la partie.
Anecdote : un pari de $3 000 sur "Mahomes lance zéro touchdown" a été placé à 15 contre 1, et rapporte donc $45 000 wink2 !

Coach Bruce Arians
NFL / Ben Liebenberg
Tom Brady (cf. photo de droite ci-dessus, avec ses enfants) a logiquement été élu MVP du match (même si on peut estimer que le "vrai" MVP est Todd Bowles, coordinateur défensif de Tampa Bay). Avec cette victoire, Brady a désormais plus de titres (7) que l'ensemble des FRANCHISES de la NFL (les Steelers et les Patriots en ont 6). Il a évidemment étendu plusieurs de ses propres records ce soir, dont cette 5ème récompense MVP (le second au classement reste Joe Montana avec 3).
Si son statut de GOAT ("Greatest Of All Time") est conforté en foot-US, on peut désormais légitimement l'envisager "tous sports-us confondus"… Le record toutes catégories est détenu par Bill Russell (11 titres NBA). À 10 on trouve Sam Jones (NBA) et Yogi Berra (MLB), et à 9 c'est la légende Joe DiMaggio (MLB). Ils sont 8 à huit titres si on regarde tous les sports collectifs, dont Bill Belichick, l'ancien coach de Brady, qui a 8 bagues de Super Bowl (2 avec les New York Giants et 6 avec les New England Patriots).

Quelques records battus ce soir (sans inclure ceux de Brady individuellement, qu'il détenait déjà) :
  • Rob Gronkowski :
    • meilleur duo (avec Brady) avec 14 TDs en playoffs. Ils dépassent désormais Joe Montana - Jerry Rice, qui étaient à 12.
    • Super Bowl LV : Tampa Bay Buccaneers
      NFL / Aaron Doster
      premier joueur à marquer les deux premiers touchdowns d'un Super Bowl.
    • rejoint Jerry Rice (XXIV, XXIX) comme ayant marqué un TD ou plus dans PLUSIEURS SBs. Ses désormais 5 TDs au total dans sa carrière au SB le placent deuxième au classement, derrière le même Jerry Rice (8).
    • seul joueur à avoir au moins une réception dans 5 Super Bowls différents.
  • Bruce Arians (cf. photo de gauche ci-dessus) est devenu le plus vieux coach à remporter un Super Bowl (68 ans, 127 jours), dépassant ainsi Bill Belichick, mais il n'est cependant PAS, à deux mois près, le plus vieux coach en SB (M. Levy, SB XXVIII perdu). Il faudra revenir l'année prochaine… wink2
  • Kickers : Harrison Butker (KC) et Ryan Succop (TB) ont marqué l'histoire à eux deux. C'est le premier Super Bowl de l'histoire où les deux équipes ont marqué un field goal de plus de 50 yards.
  • Anecdote pour les parieurs : c'est la 7ème fois consécutive que le gagnant du toss (la pièce lancée en début de match) PERD le Super Bowl… blink
Rendez-vous la saison prochaine, le 06 février 2022 au "SoFi Stadium" à Inglewood, Californie, où aura lieu le Super Bowl LVI. big_smile Bye-bye !!
  • Sports
  •  » NFL